Comparez les offres de crédit immobilier,

et trouvez la solution adaptée à votre projet !

Je compare les meilleures offres !

Déjà 1 million d’abonnés à notre newsletter

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités

Une erreur est survenue
En vous abonnant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de données personnelles. Vous pourrez vous désabonner à tout moment depuis le lien présent dans chaque newsletter que vous recevrez.

Logement : la loi « anti-squat » validée par le Conseil constitutionnel, quel impact pour les propriétaires ?

Écrit par La rédaction Meilleurtaux . Mis à jour le 14 août 2023 .
Temps de lecture : 3 min

faviconLa promesse Meilleurtaux
Chez Meilleurtaux nous aspirons à vous aider à prendre de meilleures décisions sur vos finances. Notre combat : vous rendre gagnant sur votre argent en vous donnant toutes les clés de compréhension sur nos offres. Consultez notre méthode de présentation des offres et comment nous nous rémunérons sur chacun de nos services.

sénat

Adoptée par le Sénat en juin, la loi réprimant davantage le squat des logements, dite loi « anti-squat » a été validée dans sa quasi-intégralité par le Conseil constitutionnel le 26 juillet. Ce que ça change pour les propriétaires.

C'est officiel. Le 26 juillet, le Conseil constitutionnel a validé la loi « visant à protéger les logements contre l'occupation illicite », dite loi « anti-squat ». Une victoire pour le groupe Renaissance qui a porté ce texte, qui a fait face à de vives contestations provenant de députés de gauche et d'associations de défense des locataires.

Jusqu’à 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende en cas de squat

Concrètement, cette loi réprime davantage le squat des logements, au bénéfice de leurs propriétaires. D’une part, elle alourdit les peines contre les squatteurs, qui risquent d’écoper de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende en cas d'occupation d’un logement d’habitation. Alors que jusqu’ici, la peine prévue dans ce cas était un an de prison et 15 000 euros d'amende.

D’autre part, “la loi resserre également la vis à l'égard des personnes qui se disent faussement propriétaires d'un bien pour le louer et auxquels de nombreux candidats locataires en recherche d'une location sont confrontés”, soulignent Les Echos. Ces “marchands de sommeil” s’exposent en effet à une peine de “trois ans de prison et à 45.000 euros d'amende”, ajoute le quotidien.

Par ailleurs, le texte crée un nouveau délit : l'incitation au squat par propagande ou publicité, qui sera désormais punie d’une amende de 3 750 euros.

Quel taux pour votre projet ?

La faculté pour les propriétaires de résilier un contrat de bail en cas d’impayés

Autre nouveauté : les locataires qui refusent de quitter un local d’habitation sous deux mois, alors qu'ils font l'objet d'une décision définitive d'expulsion par la justice, peuvent désormais écoper d’une amende de 7 500 euros. A moins que “l'occupant bénéficie de la trêve hivernale, d'un délai supplémentaire accordé par le juge ou si le logement appartient à un bailleur social ou à une personne morale de droit public”, rappellent Les Echos.

Enfin, la loi « anti-squat » prévoit que tout contrat de bail devra systématiquement prévoir une clause de résiliation de plein droit, alors que celle-ci était jusqu’ici facultative. Ainsi, en cas d'impayés du dépôt de garantie, de loyers ou de charges aux termes convenus, un propriétaire pourra obtenir la résiliation du bail signé avec le locataire sans engager d'action en justice. De son côté, le locataire pourra obtenir jusqu’à un an de délai, au lieu de trois jusqu’ici, pour régler ses loyers impayés, à condition de saisir le juge.

Un squat n’exonère pas le propriétaire de sa responsabilité d’entretenir son bien

Au final, seule une disposition de la loi, adoptée en seconde lecture à l'Assemblée nationale le 4 avril, puis au Sénat le 14 juin, a été censurée par le Conseil constitutionnel. Il s’agit de l’article 7, qui “visait à libérer le propriétaire d'un bien occupé illicitement de son obligation d'entretien” et à “l'exonérer en cas de dommage résultant d'un défaut d'entretien”, soulignent Les Echos.

Selon le Conseil constitutionnel, ces dispositions, contestées par une soixantaine de députés, sont contraire à la Constitution. Elles portent en effet “une atteinte disproportionnée au droit des victimes d’obtenir réparation du préjudice résultant du défaut d’entretien d’un bâtiment en ruine”, rappelle le Conseil dans un communiqué.

Pour autant, cela ne signifie pas le Conseil constitutionnel autorise les squatteurs à poursuivre le propriétaire d’un logement mal entretenu, contrairement à ce qu’ont affirmé quelques responsables politiques de droite et d’extrême droite. « Ce que le Conseil constitutionnel censure, c’est une exonération de responsabilité trop large du propriétaire », commente Thomas Lyon-Caen, avocat à la Cour de cassation.

favicon Écrit par
La rédaction Meilleurtaux


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé
Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.