Comparez les offres de crédit immobilier en toute simplicité

et trouvez la solution de financement idéale pour votre projet !

Je compare les meilleures offres !

Déjà 1 million d’abonnés à notre newsletter

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités

Une erreur est survenue
En vous abonnant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de données personnelles. Vous pourrez vous désabonner à tout moment depuis le lien présent dans chaque newsletter que vous recevrez.

Le coût énergétique réel des passoires thermiques

Écrit par La rédaction Meilleurtaux . Mis à jour le 19 octobre 2023 .
Temps de lecture : 4 min

faviconLa promesse Meilleurtaux
Chez Meilleurtaux nous aspirons à vous aider à prendre de meilleures décisions sur vos finances. Notre combat : vous rendre gagnant sur votre argent en vous donnant toutes les clés de compréhension sur nos offres. Consultez notre méthode de présentation des offres et comment nous nous rémunérons sur chacun de nos services.

modèle de maison

Dans ses différentes interventions dans les médias, la ministre de la Transition écologique a affirmé qu’une passoire thermique de 100 m² classée G implique un coût d’énergie moyen annuel de 7 500 euros. Elle ajoute que cette somme représente le triple de ce que paie un ménage ayant un logement bien isolé d’une superficie équivalente. Mais selon certains professionnels, les chiffres annoncés par Agnès Pannier-Runacher ne seraient pas tout à fait exacts.

Logements énergivores : l’interdiction de location se rapproche

Les 7 500 euros par an de facture de chauffage annoncés par la ministre sur le plateau de Dimanche en politique sur France 3 suscitent la controverse. Pour certains professionnels, ce chiffre concerne les logements les plus énergivores, qui affichent une consommation annuelle supérieure à 450 kWh/m² et étiquetés G+. Ceux-ci sont d’ailleurs déjà frappés d’interdiction de location depuis le 1er janvier dernier.

Le site du service public rappelle à ce propos que

Tout bien situé en France métropolitaine qui consomme moins de 450 kWh par mètre carré de surface habitable par an en énergie est considéré comme énergétiquement décent.

Cette « énergie finale » mentionnée dans le fameux DPE (diagnostic de performance énergétique) devenu obligatoire englobe tous les usages : chauffage, éclairage, production d’eau chaude sanitaire, ventilation, refroidissement... Il ne s’agit que d’une estimation théorique, qui peut varier en fonction des habitudes de consommation des résidents.

ImportantL’interdiction de location s’étendra à partir de 2025 aux logements G, puis aux logements F et E, respectivement en 2028 et 2034. Pour éviter une telle déconvenue, les propriétaires doivent dès à présent engager des travaux de rénovation énergétique.

Le financement constituant un frein majeur à la réalisation des améliorations parfois drastiques qui attendent les ménages, ces derniers peuvent solliciter des aides auprès de l’État et des collectivités, notamment MaPrimeRénov'.

Destiné aux propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux d’économie dans leur logement, ce dispositif est cumulable avec l’Éco prêt à taux zéro, la prime CEE ou encore la TVA à taux réduit.

Quel taux pour votre projet ?

7 500 euros par an de facture d’énergie, une estimation controversée

Le montant communiqué correspondrait plutôt à un logement classé G, consommant plus de 420 kWh/m² par an. Car des professionnels ont refait le calcul pour un appartement ou d’une maison d’une superficie de 100 m² avec la note G+, soit une consommation annuelle de 45 000 kWh. En se basant sur le Tarif Bleu d’EDF, avec un prix de 0,227 euro au kilowattheure en option base, associé à un compteur de 6 kVA, le coût grimpe à 10 242 euros par an en moyenne.

D’après les informations contenues dans un document publié par EDF et intitulé « Tout savoir sur la consommation d’une maison chauffée à l’électricité », le montant de la facture de chauffage électrique pour un logement classé G (incluant les passoires thermiques G+) est de 7 847,40 euros. Ce résultat a été obtenu en se référant au tarif réglementé de l’énergéticien en option base au 1er novembre 2022. Ces chiffres infirment par conséquent les déclarations de la ministre.

Des écarts entre « énergie primaire » et « énergie finale »

En réalité, les écarts semblent venir du défaut de prise en compte de la différence entre « énergie primaire » et « énergie finale » . La première désigne l’énergie présente dans les ressources naturelles, non transformée, tandis que l’énergie dite finale représente la quantité d’énergie réellement consommée et facturée à l’utilisateur.

L’énergie primaire est supérieure à l’énergie finale, car elle comprend l’énergie nécessaire à la production et à l’acheminement de l’énergie finale. Selon Engie,

La réglementation thermique 2020 a introduit un coefficient d’énergie primaire de 2,3 pour l’électricité en France, ou en termes simples, 1 kWh d’électricité en énergie finale requiert en moyenne 2,3 kWh d’énergie primaire.

En tenant compte de ces paramètres, la consommation électrique nécessaire pour chauffer un logement classé G+ de 100 m² serait de 3 741 euros. En incluant les autres usages courants (cuisson, réfrigérateur, eau chaude sanitaire…), la note grimpe à 4 492 euros, une somme conséquente, bien qu’inférieure à celle avancée par la ministre. Si le foyer se chauffe au gaz, cela lui coûterait 4 335 euros, et jusqu’à 5 100 euros pour l’ensemble des usages.

À retenir
  • La ministre de la Transition écologique annonce un coût d'énergie de 7.500 euros par an pour une passoire thermique de 100 m² classée G.
  • Pour certains professionnels, ce chiffre est top élevé, car il ne tient pas compte de la différence entre énergie finale effectivement consommée, et l'énergie primaire nécessaire à la production de cette énergie.
  • En tenant compte de l'énergie primaire, le coût d'énergie d'une passoire thermique de 100 m² classée G est de 3 741 euros pour le chauffage, et en incluant les autres usages courants, de 4 492 euros.

favicon Écrit par
La rédaction Meilleurtaux


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé
Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.