4.7/5
762 avis certifiés
Réponse immédiate - 110 banques et 17 assureurs
Menu Crédit immobilier

Les prix des biens parisiens augmentent, à l’inverse du reste de la France

Prix des biens parisiens en hausse

Après une longue période de hausse, les prix des biens immobiliers anciens se stabilisent, voire diminuent, à travers la France. La capitale fait toutefois exception avec une nouvelle augmentation et le probable franchissement du cap symbolique des 10 000 euros à la fin de l’été, d’après les estimations des notaires.

Nouvelle hausse des prix immobiliers parisiens, les 10 000 euros sont proches

Important Les Notaires du Grand Paris anticipent l’atteinte d’un pic de 9 730 euros au mètre carré des appartements anciens à Paris, soit un taux de croissance annuelle de plus de 6 %.

Pour établir ces projections, ils ont compilé et analysé les avant-contrats signés au cours des derniers mois de 2018 et des premières semaines de 2019.

Important Et la situation risque d’empirer puisque ces professionnels s’attendent à voir la barre des 10 000 euros dépassée avant l’automne.

Il s’agit là du seuil, mais dans de nombreux secteurs, en 2018, des transactions ont été conclues pour un prix nettement supérieur, comme ce deux-pièces situé dans le quartier Notre-Dame-des-Champs, pour lequel l’acquéreur a déboursé 28 570 euros par mètre carré pour 70 m².

Ce mouvement haussier, qui contraste avec la tendance sur le reste du territoire, est dû à la pénurie de logements à vendre. Pour les notaires, des mesures urgentes pour dynamiser la construction s’imposent au lieu de relever la fiscalité, source de déséquilibre du marché.

Réduction de l’écart entre les arrondissements le moins cher et le plus cher

Pour trouver des biens plus abordables, il faut se tourner vers les arrondissements de l’Est, où le mètre carré coûte encore moins de 9 000 euros, auxquels s’ajoutent environ 8 % du prix de vente au titre de frais de notaire ancien.

Le 18e et le 12e sont à égalité à environ 8 700 euros, soit 100 euros de plus que dans le 13e. Le 19e est le moins cher avec une moyenne à 7 900 euros.

Les notaires notent cependant une réduction continue de l’écart entre les extrêmes. En effet, entre le premier trimestre 1999 et le dernier trimestre 2018, la différence entre le 6e (le plus cher) et le 19e (le moins cher) est passée de 2,43 à 1,66.

Volume de transactions en baisse de 5 % entre 2017 et 2018

Important La conséquence de l’envolée des prix est le ralentissement de l’activité, en repli depuis 2017. L’année dernière, seulement 36 460 logements anciens ont changé de propriétaire, soit un recul de 5 % sur un an.

Le stock de biens mutables se réduit inéluctablement et les programmes neufs sont quasiment à l’arrêt intra-muros. De plus, la majorité des dossiers de surélévation traités par les études n’ont pas abouti.

Dans ce contexte tendu, les appartements proposés au prix du marché trouvent preneur en deux semaines pratiquement sans négociation. En revanche, les vendeurs trop gourmands en sont quittes pour une longue attente, car malgré la forte demande, les acheteurs ne sont pas prêts à accepter n’importe quelles conditions.

Certains se retrouvent d’ailleurs rapidement contraints de revoir leurs ambitions à la baisse surtout si, comme des milliers de ménages, ils ont souscrit un prêt relais pour financer leur projet d’achat-revente.

Crédit immobilier
Etude gratuite et sans engagement

En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt, sélectionnées et adaptées selon votre profil et votre projet.

Obtenez des taux personnalisés en quelques minutes !

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top