Le marché du logement neuf dans les villes moyennes a le vent en poupe

 Le marché du logement neuf dans les villes moyennes

Dernièrement et notamment depuis l’apparition du coronavirus, force est de constater que le marché du logement neuf dans les villes moyennes est en plein effervescence. Non pas sans raison puisque les Français sont de plus en plus nombreux à investir dans ce segment selon les analystes à la source de ce constat.

D’après les observateurs, les services d’un site comparateur assurance habitation sont fortement sollicités ces derniers temps. Et en y regardant de près, ils ont découvert que ce phénomène s’explique principalement à travers le dynamisme du marché des logements neufs situés dans les villes moyennes.

Un rapport récent en donne la preuve en démontrant qu’au 1er semestre 2021, le nombre de Français à s’y intéresser a pratiquement explosé par rapport aux six premiers mois de 2019.

De quoi engendrer un déséquilibre entre l’offre et la demande selon les auteurs de l’étude indiquant pour conséquences l’explosion des prix pour cette catégorie d’immobilier ainsi que pour les autorisations de construire qui vont avec.

Je trouve la meilleure assurance habitation

L’explosion tarifaire était bien au rendez-vous

Comme mentionné plus haut, les analystes ont concentré leur regard sur le marché du logement neuf. L’initiative leur permettant de découvrir qu’au premier semestre de cette année, l’explosion tarifaire était bien au rendez-vous dans la plupart des villes moyennes françaises avec un penchant pour les territoires du Grand-Est et de l’Ouest.

En ce qui concerne le prix des logements par exemple, cette croissance évolue entre 12 et 21% dans la partie Est du pays en faisant allusion à Troyes, Romans-sur-Isère, Mâcon ou Dole. Même son de cloche du côté Ouest où une hausse à deux chiffres s’est également manifestée à Agen, Bergerac, Montauban, Angoulême, Niort ou Quimper en oscillant entre 10 et 18%.

Soit, à un niveau relativement élevé une fois comparé à la moyenne nationale qui est de 3% selon les experts indiquant que cette tendance haussière concernait également les permis de construire. En empruntant les chiffres du Ministère du Logement, ils ont ainsi démontré que cet accroissement a atteint la barre des 38% dans le Grand-Est et entre 25 à 31% à la façade Ouest.

La hausse de la demande y joue un rôle majeur

Cherchant une explication à cette explosion tarifaire des permis de construire et des logements neufs, les analystes ont découvert que le dynamisme constaté au niveau de la demande y joue un rôle majeur. À un professionnel du domaine de préciser :

Ces tensions s’expliquent par une hausse de la demande, mais aussi par l’émergence d’une nouvelle typologie d’acquéreurs.

Et d’ajouter :

En s’installant dans les villes moyennes, les urbains disposent en effet d’un pouvoir d’achat plus élevé. Enfin, les candidats à l’accession cherchent à vivre dans un logement plus grand, de 103 m² en moyenne, soit 2% de plus sur un an.

Une tendance accentuée par la pandémie du coronavirus selon un membre de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) indiquant que :

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les Français ont pris conscience de ce qui était vraiment important. Avoir un accès direct au théâtre est devenu subsidiaire, pouvoir partager des moments en famille au grand air, dans son jardin, est lui essentiel.

Ce qui s’est traduit à travers des chiffres clés selon la FFB constatant :

  • Une hausse de 16,3% au niveau des ventes de maisons individuelles au 1er semestre 2021 par rapport à la période d’avant la crise sanitaire ;
  • Un accroissement de 17% du côté des permis de construire octroyés en faveur des maisons individuelles de la zone B2 et C contre 18% pour la plupart des villes moyennes ;
  • Une augmentation de 4% pour les mises en chantier.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.