Pour limiter les pertes en 2020, WeWork a licencié deux tiers de ses salariés

Limiter perte 2020 WeWork

D’ici le troisième trimestre 2021, la société de location de bureaux partagés WeWork prévoit une introduction en Bourse. Cette opération valoriserait l’entreprise américaine à hauteur de 9 milliards de dollars. Il faut dire que WeWork essaie de rebondir après une année 2020 chaotique, où la société a enregistré 3,2 milliards de dollars de pertes.

En 2020, les bureaux de WeWork se sont petit à petit vidés, le taux d’occupation étant passé de 72 % à 47 % en fin d’année. Mais la société américaine ne désespère pas pour autant de pouvoir inverser la tendance. D’ailleurs, elle mise aujourd’hui sur la fin de la pandémie du covid-19 et le retour au bureau pour se coter en Bourse.

WeWork nourrissait déjà la même ambition il y a deux ans, mais le projet fut abandonné suite au licenciement de son fondateur, Adam Neumann, par son principal actionnaire SoftBank, comme le rappellent plusieurs enseignes d’assurance habitation. Mais cette fois-ci, la direction de la société de bureaux partagés entend concrétiser la mise en Bourse.

Réduction drastique des dépenses

Les pertes ont été lourdes pour WeWork en 2020. Bon nombre de ses locataires étaient partis, entrainant un déficit à hauteur de 3,2 milliards de dollars, soit autant que son chiffre d’affaires. Pour limiter les pertes, le dirigeant de la société américaine, Sandeep Mathrani, a décidé de réduire considérablement les dépenses de l’entreprise.

Deux tiers des salariés, généralement des jeunes chargés de l’accueil et de la gestion des sites, ont été remerciés. Le dirigeant de WeWork a également décidé de fermer une centaine de sites et renégocier les baux. Les dépenses de fonctionnement de la société ont ainsi diminué de 1,1 milliard de dollars, tandis que les frais de gestion des immeubles ont baissé de 400 millions de dollars.

WeWork a aussi décidé de réduire drastiquement ses investissements. Ces derniers ne se montaient qu’à 49 millions de dollars l’année dernière, alors qu’en 2019, ils s’élevaient à 2,2 milliards de dollars. Toujours est-il que depuis mi-2019, la société de bureaux partagés s’est significativement développée. Il y a deux ans, WeWork comptait 528 sites dans 111 villes, contre 851 sites dans 152 villes en 2020.

WeWork espère un retour massif au bureau

ImportantPour retenir ses locataires, WeWork a modifié ses conditions d’utilisation. Ainsi, grâce à l’offre All Access, ses clients peuvent réserver un autre poste de travail que le leur, dans un autre quartier ou même dans une autre ville.

Via la plateforme WeWork On Demand, les clients peuvent également louer un poste de travail à la journée. Le prix se monte à 29 dollars la journée à New York. À certains observateurs d’indiquer que la société fait un pas en arrière, car avant la crise sanitaire, elle œuvrait pour une durée d’engagement plus longue. La pandémie du covid-19 aura donc obligé l’entreprise américaine à revoir leur modèle économique.

Alors que le télétravail est la norme en ce moment, WeWork pense que ce mode de travail ne devrait pas se maintenir d’ici la fin de l’épidémie du coronavirus. La société s’attend ainsi à une vague de retour au bureau. D’ici fin 2022, elle prévoit un taux d’occupation de ses bureaux de 90 % et un chiffre d’affaires se montant à 7 milliards de dollars en 2024.

Archives

Comparez les
assurances habitation
Plus de 3O formules d'assurance comparées
Comparez les prix
à la une
publicite
services
publicite
Plus de 30 formules
d’assurance habitation comparées
en moins de 3 mn
Je trouve la
meilleure assurance
Assurance habitation
Vous recherchez la meilleure assurance habitation ?
Plus de
30 formules
habitation
comparées
Comparez et trouvez la meilleure assurance habitation
Je compare les tarifs

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.