L’un des premiers carburants utilisés pour faire avancer les voitures a disparu pour de bon

Siège des Nations Unies

L’essence au plomb, l’un des premiers carburants utilisés pour faire avancer les voitures a disparu pour de bon. C’est l’une des nouvelles annoncées récemment par le programme de l’ONU pour l’environnement qui ne s’est pas caché pour montrer sa joie en faisant savoir qu’en tirant sa révérence, cette source d’énergie permettra au monde de s’assurer un avenir meilleur.

À l’instar de l’assurance auto pas chère, l’utilisation de l’essence au plomb est un moyen comme un autre pour les automobilistes de réduire les dépenses liées à leur véhicule. Non pas sans raison parce qu’ils sont conscients que ce type de carburant permet d’amoindrir les risques d’endommagement du moteur en améliorant la combustion et la lubrification des soupapes.

Malgré ces points positifs, cette énergie a toutefois été écartée progressivement de la circulation depuis des années pour la simple raison que ces effets négatifs ont eu le dessus.

Après près d’un siècle de mauvaise publicité, l’essence au plomb a fini par disparaitre pour de bon.

Les effets négatifs ont eu le dessus…

Comme mentionné plus haut, le plomb a été ajouté à l’essence pour renforcer la résistance du moteur en :

  • Optimisant l’indice octane de l’essence pour permettre au moteur de résister au phénomène de cliquetis ;
  • Jouant le rôle de lubrifiant sur les sièges de soupape ;
  • Améliorant la combustion.

Avec ces atouts, ce carburant était ainsi bien armé pour attirer la faveur des industriels de l’automobile, des fournisseurs d’énergie et des automobilistes. Du moins, jusqu’à ce que ces côtés négatifs soient dévoilés pour la première fois en 1924 aux États-Unis en entrainant la mort de 5 ouvriers d’une raffinerie du New Jersey et l’hospitalisation d’une dizaine d’autres souffrant de convulsions.

En se penchant sur le sujet, les chercheurs ont découvert que ce produit est hautement nocif pour la santé. L’un des éléments majeurs plombant sa notoriété avec lequel il faut ajouter :

  • Son caractère polluant et très toxique pour l’environnement ;
  • Son incompatibilité avec les nouveaux moteurs et les pots catalytiques.

Pour ces différentes raisons, des mesures ont été prises pour son expulsion si ce n’est que d’énumérer le choix de l’UE d’interdire l’usage de l’essence au plomb sur son territoire depuis 1er janvier 2000.

… Et ont conduit ce type de carburant à tirer sa révérence

En interdisant l’utilisation de l’essence pour ses pays membres, l’UE est la première à signer l’arrêt de mort de l’essence au plomb qui, après un siècle de résistance, a fini par s’éteindre. Le programme de l’ONU pour l’environnement en a récemment fait la déclaration en annonçant que :

Les derniers stocks publics d’essence plombée ont été consommés par l’Algérie, dernier pays au monde à utiliser ce carburant hautement nocif.

Une excellente nouvelle selon l’organisme mettant en exergue les principaux avantages de cette disparition permettant au monde :

  • De sauver chaque année plus de 1,2 million de vies ;
  • D’économiser plus de 2 400 milliards de dollars.

Et les effets positifs sur le climat ne sont que des bonus à ajouter à la liste selon l’ONU précisant que de nouvelles sources d’énergie moins nocives et à faible taux d’émission de gaz à effet de serre sont là pour assurer la relève en faisant allusion au bioéthanol E85, aux technologies électriques ou encore à l’essence synthétique et autres carburants alternatifs. Ce serait également le cas pour l’essence sans plomb 95 ou 98 qui aura également à tenir quelques années encore selon les analystes qui s’attendent à leur prochaine exclusion d’ores et déjà amorcée dans le cadre de la transition énergétique.

top

Archives

Je compare les tarifs

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.