Le constructeur japonais Nissan met un coup d’accélérateur à l’électrification de ses véhicules

Nissan

Face aux enjeux climatiques, l’électrification de l’industrie automobile est désormais incontournable pour ainsi dire que les constructeurs n’ont plus d’autres choix que de se conformer à cette nouvelle règle. Accusant un peu de retard par rapport aux autres, Nissan vient d’annoncer sa décision d’apporter un coup d’accélérateur à la transition électrique de ses voitures.

Tendance de marché, lutte contre le réchauffement climatique, subventions de l’État ou encore assurance auto pas cher, tous les éléments jouent désormais en la faveur de l’électrification des véhicules auprès des constructeurs qui sont déjà bien nombreux à franchir le pas en adoptant différentes stratégies. Ce serait bien le cas pour le groupe Nissan qui, une fois sorti de la crise, est maintenant prêt à enclencher la vitesse supérieure.

Pour s’en convaincre, il suffit de porter un regard sur le plan d’investissement récemment dévoilé par Makoto Uchida, le PDG du constructeur japonais qui entend y consacrer 15,5 milliards d’euros (2 000 milliards de yens) dans les cinq prochaines années.

Je trouve la meilleure assurance auto

Une usine pilote de production de batterie verra le jour

Dans le cadre de ce plan d’investissement visant à accélérer sa transition électrique, Nissan a prévu de se lancer dans la construction d’une usine de production de batterie qui devrait voir le jour au Japon en 2024. À Kunio Nakaguro, un des directeurs de la recherche du groupe d’expliquer ce choix :

Nous espérons arriver à un produit où le kWh d’énergie reviendra à 65 dollars, ce qui le placerait à un niveau de coût similaire à celui des moteurs à combustion.

Kunio Nakaguro

Inutile ainsi de préciser que les batteries produites dans cette nouvelle structure serviront principalement à alimenter les modèles électrifiés du constructeur qui seront, alors dotés d’un élément vital qui est à la fois moins coûteux et qui est capable de générer plus d’énergie pour optimiser l’autonomie. Ce qui devrait donner un coup de pouce à la conversion électrique des clients de Nissan selon le numéro deux du groupe Ashwani Gupta précisant que :

Nous allons d’abord passer aux modèles sans cobalt puis aux batteries à l’état solide, notamment pour les véhicules les plus lourds.

Ashwani Gupta

De nouveaux modèles électrifiés bientôt sur le marché

Toujours dans le cadre de ce plan d’investissement de 2 000 milliards de yens, Nissan entend mettre à la disposition de la clientèle de nouveaux modèles électrifiés en faisant valoir que :

Nous avons décidé de faire un choix pragmatique qui tiendra compte des législations nationales et de l’appétit des consommateurs sur les différents marchés.

Ashwani Gupta

Par pragmatisme, l’enseigne entend jouer sur les deux fronts en gardant la main sur le thermique et en accélérant sur l’électrique impliquant que la moitié de la production reviendra à l’essence et que l’autre moitié sera électrifiée. Ainsi, Nissan a prévu de garder l’équilibre contrairement aux constructeurs occidentaux qui sont bien nombreux à faire le choix pour l’extinction rapide de la technologie à combustion si la majorité des acteurs asiatique ont mis l’accent sur l’électrique.

En choisissant cette stratégie, Nissan se dit prêt à toutes les éventualités en prenant compte de l’évolution future de différents marchés. À savoir :

  • Aux États-Unis où 40% des ventes seront 100% électriques à la fin de la décennie ;
  • En Europe où les modèles électrifiés pourraient atteindre 75% ;
  • Au Japon où les ventes de modèles électrifiés ne devraient représenter que 55% de ses chiffres d’affaires.

Et puisqu’il est essentiellement question d’électrification, Nissan prévoit l’ascension de 23 nouveaux véhicules qui se déclineront en deux catégories :

  • Ceux qui seront 100% électriques équipés de batteries comme celles utilisées actuellement sur les actuelles Leaf et Ariya ;
  • Ceux qui seront des hybrides équipés de la technologie « e-Power ».

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.