Les automobilistes devraient s’habituer à voir moins d’options dans leur véhicule

intérieur de voiture

Selon certains observateurs, l’univers européen de l’automobile se prépare à entrer dans une nouvelle ère de son histoire. Un monde où il serait possible d’imaginer que les automobilistes devraient s’habituer à voir moins d’options dans leur véhicule pour différentes raisons notamment liées à la ruée vers la transition énergétique destinée à limiter le taux d’émission de CO2 dans l’atmosphère.

En France comme pour le cas des pays membres de l’UE, l’on s’attend à ce qu’à l’instar des marques asiatiques, les voitures européennes soient aussi moins dotées que les modèles précédents en matière d’options. Du moins, du point de vue de certains analystes, site comparateur assurance auto ou cabinet d’étude prenant en compte les impacts des dispositifs adaptés par la Commission européenne dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique.

Concrètement, ces observateurs pensent à l’application de la norme WLTP qui a bien fait de changer la donne en incitant les constructeurs à revoir leurs priorités en ce qui concerne ces offres additionnelles.

Je trouve la meilleure assurance auto

L’accès aux options pourrait se compliquer

Selon les observateurs, l’accès aux options pourrait se compliquer à l’avenir. Du moins, en ce qui concerne les voitures qui sortiront des usines pour la simple raison que ces dernières risquent d’être moins dotées que leurs aînées.

En effet, tout indique que les constructeurs seraient moins enclins à proposer ce genre de service ou du moins, plus de la même manière que d’habitude en prenant exemple sur les marques asiatiques qui, depuis longtemps, ont décidé de s’en passer de la mesure du possible.

Dans ce sens, l’on s’accorde d’ailleurs à dire que pour rattraper le coup, la stratégie adoptée par tous est de recourir au regroupement de ces équipements pour en faire des packs que les clients auront à choisir en fonction de leur besoin impliquant que les offres les plus garnies sont les plus chères.

Ainsi, tout indique qu’en procédant ainsi, ces fabricants se sont fixés comme objectif d’encourager la consommation qui ne manquerait pas de jouer en leur faveur sur deux flancs :

  • Moins de dépenses sur la construction ;
  • Plus de marge bénéficiaire dans les ventes.

À l’un de ces analystes d’ajouter :

Cette stratégie colle avec la nouvelle priorité des marques, la rentabilité et non plus le volume ! Le but n'est pas de vendre « plus », mais « mieux » avec un critère devenu important, le mix produit.
Je trouve la meilleure assurance auto

La norme WLTP y est pour beaucoup

Pour les constructeurs, la décision de limiter l’accès aux options n’est pas le fruit du hasard. En y regardant de près, les analystes se sont en effet rendu compte que ces derniers y sont plutôt contraints par la norme WLTP. Cette réglementation européenne visant à inciter l’industrie automobile à réduire d’une façon significative son empreinte carbone.

Dans les détails, le problème est principalement lié à la prise en compte des options dans les calculs des rejets exigeant un taux précis pour chaque élément. La raison est simple, ces équipements alourdissent le véhicule et réduisent son aérodynamisme avec pour conséquence de revoir à la hausse ses dépenses d’énergie.

Et qui dit consommation élevée, dit augmentation du taux d’émission de gaz à effet de serre qui, à son tour, pénalisera :

  • Le constructeur qui, au-delà du quota CO2 exigé par la WLTP, risque de payer une lourde amende ;
  • L’automobiliste qui aurait à faire face au malus écologique si ce n’est que de prendre en exemple le cas des consommateurs tricolores.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.