Le surendettement régresse, mais les ménages financièrement fragiles se multiplient

Regression surendettement

Selon la Banque centrale, les ménages surendettés sont de moins en moins nombreux. Ce qui est à priori une bonne nouvelle. Sauf que, d’après toujours l’institution, le nombre de personnes vulnérables financièrement ne cesse de se multiplier. D’où la nécessité de renforcer la collaboration entre les pouvoirs publics et les acteurs du secteur bancaire et associatif afin d’endiguer ce phénomène.

Moins de surendettés

L’an dernier, la Banque de France (BDF) a traité près de 163 000 dossiers de surendettement, soit une baisse :

  • de -10 % par rapport à l’année dernière ;
  • de -29 % comparé à 2014.

Selon un responsable au sein de l’association Crésus,

cette nouvelle est à relativiser, puisque la situation demeure préoccupante. Les cas de vulnérabilités financières se multiplient et tendent à se complexifier (dettes multi-frontières, auto-entrepreneurs en difficulté financière, rachats de crédits…).

Pour cet organisme, une concertation entre la société civile et les pouvoirs publics s’impose pour lutter contre ce phénomène. Un avis partagé par la Fédération bancaire française (FBF) qui souligne l’importance à cet effet de la prévention et de l’accompagnement.

Former et accompagner

Depuis 2015, de nombreuses actions ont été mises en œuvre dans cette optique. C’est le cas par exemple du programme « J’invite un banquier dans ma classe » qui vise à transmettre aux élèves de CM1 et CM2 les règles de base d’une bonne gestion budgétaire à travers un jeu de société.

Selon la BDF,

à partir de cette année, la gestion budgétaire sera intégrée dans le programme scolaire pour tous les élèves de quatrième. Des cours sur le surendettement leur seront proposés.

Chez certains établissements bancaires, les clients en proie à des problèmes d’argent peuvent demander conseil et assistance pour :

  • apprendre à bien gérer leurs finances personnelles :
  • entrer en contact avec des associations ;
  • connaître les aides auxquelles ils ont droit.

Des efforts supplémentaires de la part des banquiers

Toutes ces initiatives ont jusqu’ici permis de réduire le nombre de cas de surendettement. Pour continuer dans cet élan, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, appelle les banquiers à renforcer leurs actions vis-à-vis des ménages en situation de fragilité financière.

Il les invite notamment à réviser à la baisse, une fois de plus, les plafonds de frais d’incidents pour cette catégorie de clients (20 euros mensuel, plafonné à 200 euros annuels).

Pour mémoire, en septembre 2018, les banques ont accepté de geler leurs tarifs pour les clients en situation de fragilité financière, et de plafonner les frais d’incidents à 25 euros par mois.

Le ministère a également demandé à ce que ces offres spécifiques pour les clients les plus fragiles soient plus connues. En effet, selon les statistiques, sur les 3,4 millions d’individus éligibles à ces offres, seuls 400 000 d’entre eux ont pu en bénéficier.

calculez votre nouvelle mensualité
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
déposez votre demande
de prêt
Jusqu’à -60%*
sur vos mensualités avec le
rachat de crédits !
je compare les offres
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.