Les assureurs européens sont bien armés pour faire face au pire des scénarios économiques et financiers

modèles de maisons sur piles de pièces

L’Eiopa a récemment rendu publique une note traitant le sujet sur l’état de santé des organismes d’assurances et de réassurance opérants dans l’Union européenne. Le rapport permettant de découvrir que ces derniers sont bien armés pour faire face au pire des scénarios économiques et financiers portés par la persistance de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Sous son statut de superviseur du secteur assurantiel européen, l’Eiopa s’est dernièrement placé dans la peau d’un site comparateur assurance. Son objectif, mener un test de résistance auprès de la majorité (75%) des acteurs du marché dans le but de mesurer leur niveau de résilience face à l’éventualité d’une crise financière et économique engendrée par la crise sanitaire qui a tendance à reprendre de la force.

Le résultat est des plus encourageants étant donné que dans son rapport, l’organisme a mis en exergue les différents indicateurs portant à croire que la filière est au mieux de sa forme même si un point lié à la directive Solvabilité 2 mérite de la vigilance.

Je trouve la meilleure assurance habitation

Le secteur est au mieux de sa forme

À travers ses investigations menées auprès de 44 assureurs et réassureurs, l’Eiopa est parvenu à conclure que le secteur européen de l’assurance est en excellente santé en faisant valoir dans son rapport que :

Malgré la réduction importante de l’excédent d’actif par rapport au passif, aucun des participants n’a vu le montant de ses dettes dépasser celui de ses actifs.

Et de préciser :

Cela confirme la capacité du secteur à tenir ses promesses envers les assurés dans un contexte d’évolution gravement défavorable de l’économie et des marchés.

Ainsi, l’organisme estime que même le pire des scénarios ne pourrait entacher la résistance de la filière qui se doit cependant de redoubler de vigilance par rapport aux effets de la directive Solvabilité 2 imposée depuis 2016. Celle incitant certains acteurs à dépendre lourdement des mesures d’assouplissement temporaires visant à faciliter la transition avec le régime précédent. D’après l’Eiopa :

Les entreprises devraient prendre des mesures concrètes pour réduire leur dépendance à l’égard des mesures temporaires.

Les indicateurs sont des plus encourageants

Il va sans dire que pour arriver à cette conclusion, des études ont été concentrées auprès des assureurs et des réassureurs. Et puisqu’il s’agit d’un test de résistance mettant en avant le pire des scénarios financiers et économiques, l’organisme a imaginé le secteur face à :

  • Une chute de 45% des marchés des actions dans l’Union européenne ;
  • Une crise de la dette sur fond de chute de la demande associée à l’effondrement du prix sur marché de l’immobilier ;
  • Un environnement de taux qui demeure au plus bas et qui pénalise fortement le secteur.

Un bon souffre d’ouragan selon le superviseur découvrant cependant que rien ne peut faire vaciller les acteurs étudiés. Du moins, la grande majorité d’entre eux puisque deux groupes qui n’ont pas été nommés se sont quand même retrouvés dans une mauvaise posture. Ce, étant donné que leur ratio de solvabilité moyen qui mesure le niveau de solidité des assureurs s’est retrouvé en dessous du seuil réglementaire des 100%.

Pour les autres, la situation est toute autre puisque cette moyenne est estimée à 140%. Ce, dans l’optique où les organismes concernés venaient à adopter des mesures pour se protéger en notant que si rien n’est fait, ce niveau demeurerait à 125,7%, sauf pour neuf d’entre eux se retrouvant sous la barre des 100%.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.