Le Premier ministre israélien refuse d’imposer de nouvelles mesures sanitaires dans son pays

vaccination en Israel

Ces deux derniers mois, au moins 500 individus ont succombé des suites du Covid-19 en Israël. Un pays dans lequel le chef d’État refuse l’instauration de nouvelles restrictions sanitaire pour lutter contre la maladie. L’idée d’une limitation des regroupements a notamment été refoulée. La position du dirigeant serait motivée par des raisons éducationnelles et économiques.

En Israël, l’accès à certains évènements et commerces est aujourd’hui soumis à la présentation d’un Pass vert. Un dispositif décerné aux individus pouvant justifier d’un test Covid-19 négatif, d’un rétablissement à la maladie ou d’une immunisation. Relativement à cette dernière, l’octroi du Pass vert est conditionné à l’inoculation de rappel de vaccination. Cette opération doit s’effectuer 6 mois après l’injection de la 2e dose de sérum anti-coronavirus. Passé ce délai, le sésame ne sera pas attribué.

Dès le 3 octobre prochain, celui-ci sera exigé aux enseignants aux portes des écoles. Sur le territoire hébreu, cette date signe la rentrée des cours pour une semaine complète après les vacances.

Opposition à des restrictions des rassemblements

Le 27 septembre 2021, Nachman Ash s’est adressé aux caisses d’assurance maladie et les responsables hospitaliers vis-à-vis du Pass vert. Le DG du ministère israélien de la Santé a précisément fait une annonce concernant les individus qui en sont dépourvus. D’après lui, l’accès aux soins doit toujours être garanti, même à ces derniers. Cette déclaration intervient alors qu’en Israël :

  • Environ 3 millions d’habitants ont été inoculés d’une 3e dose de rappel de vaccin anti-Covid ;
  • Approximativement le double a profité d’une première injection minimum.

Le Premier ministre local, Naftali Bennett, aurait récemment encouragé les caisses d’assurance-maladie à se focaliser sur la promotion de l’immunisation. Un groupe consultatif de l’Exécutif aurait, lui, appelé les ministres à revoir leur stratégie pandémique en s’axant davantage sur :

  • Les restrictions des regroupements ;
  • La diminution de la morbidité.

Le 25 septembre 2021, Naftali Bennett se serait exprimé sur ces deux points susmentionnés. Le Premier ministre israélien aurait indiqué que les restrictions à l’étude sur les regroupements fragiliseraient l’économie. Pourtant, de telles mesures n’aboutiraient pas à la diminution du taux de morbidité, aurait-il lancé.

Une décision utile pour la protection l’économie

D’après un site local d’information, le dirigeant a avancé que la politique de l’Exécutif repose sur :

[…] Celle d’un Israël ouvert parallèlement à une guerre implacable et sophistiquée contre le virus. Pas de quarantaine, pas de confinement, pas de nouvelles restrictions, ce qui serait la chose la plus facile à faire, mais des solutions.

Il aurait soutenu que sa pensée va aux malades du Covid-19 :

[…] Chaque personne hospitalisée est un crève-cœur, mais je pense aussi à l’économie, à l’éducation, aux parents qui doivent travailler et aux enfants qui doivent apprendre.

Depuis le commencement de la crise sanitaire en Israël, 7 684 décès ont été imputés au coronavirus. Depuis début septembre 2021, 593 morts ont été attribués à des complications relatives au Covid-19. C’est le deuxième mois d’affilé pendant lequel au moins 500 personnes ont trépassé. En août, 609 individus ont perdu la vie d’une forme sévère de la pathologie.

top

Archives

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.