Assurance auto : la facture va flamber pour les SUV, les voitures électriques et hybrides en 2023

assurance_auto

Si vous faites partie des détenteurs de SUV, voitures électriques ou hybrides, le prix de votre assurance auto va exploser l’année prochaine. En cause, un coût des réparations et un niveau d’électronique plus élevés que pour les autres véhicules, qui vont se répercuter sur le portefeuille des assureurs, et donc le vôtre.

+3 à +5%, c’est l’augmentation moyenne de tous les contrats d’assurance auto en cours pour l’année 2023. Il s’agit d’une estimation de Facts & Figures (F&F), un cabinet de conseil en stratégie, notamment spécialisé sur le secteur de l'assurance. Mais en réalité, ce sont les SUV, les voitures électriques et hybrides qui font grimper les chiffres, comme l’explique le site MoneyVox. Et ils sont nombreux : les SUV représentent notamment près d’une immatriculation neuve sur deux en 2021.

Je trouve la meilleure assurance auto

Des pièces plus onéreuses et une main d’œuvre davantage qualifiée

Qui dit SUV, véhicule hybride ou électrique, dit également plus de... composants électroniques. Avec pour conséquences, des pièces qui valent plus cher. Mais aussi des temps de pose plus longs afin de procéder à tous les réglages. Sans compter le coût horaire qui explose, en raison d’un besoin d’expertise plus avancé. La réparation de ces véhicules requiert une formation continue plus importante, et donc une main d’œuvre davantage qualifiée et coûteuse.

La comparaison entre le prix des pièces détachées pour les SUV et les berlines est particulièrement marquante. Selon Facts & Figures, à titre d’exemple, entre 2021 et 2022, les tarifs des rétroviseurs avant gauche (dits « conducteur ») s’est accru de + 11% pour les SUV et de + 5,6% pour les berlines.

Concernant les parechocs avant, l’augmentation est également double sur cette même période, entre ces deux catégories de véhicules : + 10,5% pour les SUV et + 5,2% pour les berlines. En 2023, le niveau de la prime d’assurance devrait encore s’accroître davantage pour les propriétaires de SUV, voitures électriques et hybrides.

Un recours aux pièces de réemploi plus fréquent mais insuffisant

Pour baisser la cotisation des particuliers, une solution existe cependant. Elle tient en trois mots : pièces de réemploi. Le principe ? Utiliser des pièces d’occasion ou recyclées pour réparer un véhicule endommagé. Une pratique intéressante sur le plan financier, mais également sur le plan écologique. Toutefois, malgré son recours de plus en plus fréquent dans l’Hexagone, elle reste limitée : elle concerne « seulement 3% des pièces remplacées dans le cadre des sinistres couverts par les assureurs », selon les données de France Assureurs rapportées par MoneyVox. Pas de quoi inverser la tendance et ainsi baisser la facture des particuliers.


top

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.