Rachat de crédits : nos solutions face à l’usure

pile de pièces

Obtenir un financement pour leur projet immobilier devient de plus en plus complexe pour les Français depuis le début de l’année. Un sondage réalisé par les 6 associations professionnelles d’intermédiaires en crédit (IOBSP) met ainsi en lumière une forte hausse des refus de prêts. 85 % des répondants déplorent en effet un taux de rejet supérieur à 20 % et ce taux grimpe même à 40 % pour 4 intermédiaires sur 10.

Le taux d’usure et les normes du HCSF, principaux obstacles à l’accès au crédit

Deux principaux freins sont identifiés dans près de 70 % des dossiers de crédit immobilier refusés :

  • les restrictions imposées par le HCSF (31 %),
  • le taux d’usure (36 %).

Comme les nouvelles souscriptions, l’activité de rachat de crédits est elle-même touchée par la contrainte du taux d’usure. Pour rappel, le « taux d’usure » désigne le plafond que banques et sociétés de crédit ne doivent pas dépasser lorsqu’ils définissent le taux annuel effectif global applicable à un prêt.

Autrement dit, le TAEG ne peut être supérieur à ce maximum légal. Tout manquement à cette règle expose l’établissement contrevenant au paiement d’une amende de 300 000 euros assortie d’une peine d’emprisonnement de deux ans.

Je réduis mes mensualités

Nos solutions face à l’usure

Toutefois, nous restons en veille permanente pour trouver des solutions alternatives aux problématiques du moment. Nous vous proposons ainsi des alternatives pour financer certains profils actuellement bloqués :

  • Assurance non comptabilisée dans le TAEG : les profils de 40 ans et plus sont bloqués à cause de l’assurance. Ils peuvent contracter un emprunt pour réaliser des travaux à un taux de 3,10 % si la durée de remboursement est inférieure à 15 ans, et 3,25 % au-delà. Pour financer une soulte sur un terme inférieur ou supérieur à 20 ans, les taux moyens se situent respectivement à 2,23 % et 2,28 %.
  • Le post financement : quand les acheteurs peuvent acheter comptant, mais souhaitent emprunter une partie afin de reconstituer leur épargne, ils peuvent obtenir 22 000 € au minium sans rachat de prêt et jusqu’à 70 % de la valeur du bien. Le financement est remboursable en 25 ans au maximum avec prise d’hypothèque.
  • Le rachat d’une dette familiale : si les emprunteurs peuvent se faire prêter l’argent par des proches pour réaliser leur projet immobilier, nous pouvons racheter la dette par la suite. Un prêt trésorerie hypothécaire est proposé à 3,10 % ou 3,25 % selon qu’il est signé pour moins ou plus de 15 ans. Si l’opération inclut un crédit conso, pour les mêmes termes, les taux sont plus faibles, à 2,20 % et 2,40 %.
  • Le prêt de donation : les emprunteurs ont la possibilité de souscrire un prêt de donation d’un montant minimum de 22 000 € remboursables jusqu’à 25 ans avec prise d’hypothèque, et cela sans avoir à passer par un éventuel rachat de crédits. Les taux s’établissent en moyenne à 3,10 % sur moins de 15 ans et 3,25 % pour une durée plus longue.
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
Je réduis mes mensualités
top

Découvrez votre taux personnalisé

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.