L’attractivité des résidences secondaires en France s’affaiblit légèrement

 L’attractivité des résidences secondaires en France s’affaiblit légèrement

Dans l’Hexagone, le marché immobilier est marqué par une importante effervescence depuis la fin du confinement de printemps 2020. La crise liée au Covid-19 a aussi poussé plusieurs Français à acquérir une résidence secondaire. Dix-huit mois après, IMOP constate à travers une étude réalisée avec Harris Interactive que le phénomène s’est un peu estompé.

Le 24 octobre dernier, Les Échos a partagé une analyse de l’agence immobilière Century 21 sur les résidences secondaires. Le quotidien révèle qu’en France, le midi figure parmi les zones les plus prisées pour ce type de logement. Ainsi, les ménages s’installent entre autres au cap d’Agde, à Toulon, au Pays basque et dans le Var. Cependant, les secteurs les plus convoités sont localisés en Bretagne et en Normandie.

Relativement à une autre étude IMOP et Harris Interactive, Julien Haussy commente que les résidences semi-principales/secondaires attirent toujours fortement. Entre les précédents confinements, tous ne sont pas parvenus à s’en offrir, poursuit le président du réseau Espaces atypiques.

Je trouve la meilleure assurance habitation

La convoitise demeure forte malgré tout

Et d’ajouter que, par conséquent, les recherches demeurent vives. Le passage par une simulation assurance habitation destinée à un usage secondaire devrait donc connaître la même tendance. Julien Haussy affirme également que d’autres acheteurs patientaient pour jauger la situation. L’objectif étant de voir si le recours au travail à distance était passager et juste à cause de la crise sanitaire. Le professionnel remarque :

Or le télétravail est en train de se confirmer dans les entreprises. C’est donc une tendance de fond.

Néanmoins, l’enquête IMOP note une légère chute de l’attractivité des résidences secondaires. Le pourcentage de sondés désirant s’en procurer une s’élève à 11 % seulement, contre :

  • 15 % en février 2021 ;
  • 13 % cinq mois plus tôt.

Dans le même temps, l’étude montre toutefois qu’occasionnellement, 42 % des Français veulent se loger dans une résidence secondaire. Chez les habitants de l’agglomération autour de Paris, ce désir se montre singulièrement vif en totalisant 54 % des avis.

Le marché immobilier affiche une activité rigoureuse

Pourtant, habiter une résidence principale unique reste le choix premier des Français, par rapport à mai dernier. Avec une proportion de 57 % du panel, cette préférence progresse de deux points. Ceux qui optent pour une résidence secondaire très intermittente représentent 27 % des individus interrogés. Cinq mois passés, ils regroupaient le quart.

D’un point de vue d’ensemble, le marché français de l’immobilier connaît une grande effervescence depuis la levée du premier confinement. D’après les calculs de Meilleurs Agents, l’année 2021 est bien partie pour se terminer sur un excellent résultat. La plateforme s’attend à ce qu’environ 1,16 million de logements soient vendus d’ici la fin d’année.

Sur ce point, les crédits sont toujours proposés à des taux très faibles. Pourtant, cette conjoncture joue le rôle de levier pour la filière immobilière. L’observatoire Crédit Logement CSA évalue en août 2021 les taux de prêt à 1,05 % en moyenne. Une valeur obtenue, frais d’assurances non inclus et toutes durées prises en compte.


Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.