Un nombre croissant de propriétaires affectent leur bien immobilier à la colocation

jeunes adultes en train de dîner

La filière de la colocation traverse en ce moment une période de forte réussite. Cette réalité, les experts la constatent à travers les choix des investisseurs locatifs. Face à cet essor, Le Figaro a présenté quelques suggestions de villes où ces derniers pourraient dégager plus de profits. Et ce s’ils souhaitent se lancer dans ladite colocation.

La colocation a été longtemps vue comme un mode d’hébergement d’étudiants, avec les inquiétudes qu’il risque d’instaurer pour un bailleur. Cependant, ce marché touche actuellement une clientèle de plus en plus large. De nombreux retraités ou jeunes actifs optent aujourd’hui pour cette solution d’habitation.

Ayant pris connaissance de cette situation, plusieurs propriétaires ont commencé à louer leur logement sous ce système. Un choix motivé par la recherche de la rentabilité, procurée par ce dernier. Néanmoins, le gain financier que ce dispositif apporte dépend de plusieurs paramètres. La capacité d’un bien à séduire les preneurs varie notamment en fonction du type de contrat qui leur est soumis.

Quel taux pour votre projet ?

Le marché se révèle plus fructueux qu’une location simple

Selon les buts à poursuivre, les propriétaires bailleurs peuvent proposer à leurs potentiels colocataires :

  • Une clause d’indivisibilité pour le paiement des loyers ;
  • Un bail solidaire ou individuel.

L’attractivité d’une offre dépend par ailleurs du caractère saisonnier de la demande, en général plus faible durant la période estivale. Suivant la catégorie de clientèle, les attentes divergent également. De surcroît, il faut aussi prendre en considération la situation géographique du logement. À cause de l’importante présence ou absence d’étudiants, l’offre peut s’avérer très différente d’une commune à l’autre. Beaucoup de secteurs ont été submergés sous le coup d’une offre excessivement conséquente.

Avant d’investir dans une colocation, projet pouvant être financé par un ptz, il convient donc de bien examiner ces critères.

Si cette opération financière est réalisée dans les meilleures conditions, elle peut dégager jusqu’à 60 % de profits en plus. Ceci par rapport à un bail donné à un preneur unique. Le fondateur du portail Internet investissement-locatif, Manuel Ravier souligne :

Louer son bien en colocation est toujours plus rentable que de le louer à une famille. Cela permet d’augmenter ses rendements de 50 % à 60 % en moyenne.

Manuel Ravier

Quel taux pour votre projet ?

Où investir dans une colocation ?

Dans ce cadre, Le Figaro a cherché les villes françaises dans lesquelles l’investissement dans une colocation rapporte le plus. Sur le podium de son classement, publié en mars 2022, il inclut Palaiseau. Une commune située dans l’Essonne, au sud de la capitale. Parmi ses atouts les plus remarquables, le quotidien cite le fait qu’elle :

  • Abrite des sites de Recherche et Développement de grandes entreprises comme EDF, Nokia, Thales, Danone et Sanofi ;
  • Dispose d’écoles de renom telles que Polytechnique ;
  • Sera desservie par la ligne 18 du Grand Paris Express, d’ici quatre ans ;
  • Compte trois gares du RER B dans ce secteur.

Devant elle se place Villeurbanne, qui est parfois vue comme un véritable arrondissement de Lyon. Localisée à proximité de la capitale des Gaules, cette ville constitue un réel pôle universitaire de la région rhônalpine. Toutefois, elle est concernée par l’encadrement des loyers, qui peut affaiblir la rentabilité.

Enfin, Le Figaro met en tête de peloton la commune girondine de Talence. Avec l’un des plus vastes campus de l’Université bordelaise, entre autres, elle a la capacité d’attirer les jeunes. De plus, l’on y trouve aussi la célèbre école de commerce Kedge ainsi que deux écoles d’ingénieurs. Ces infrastructures génèrent sans aucun doute une demande considérable en matière de location.


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.