Comparez les offres de crédit immobilier en toute simplicité

et trouvez la solution de financement idéale pour votre projet !

Je compare les meilleures offres !

Déjà 1 million d’abonnés à notre newsletter

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités

Une erreur est survenue
En vous abonnant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de données personnelles. Vous pourrez vous désabonner à tout moment depuis le lien présent dans chaque newsletter que vous recevrez.

Une année 2024 difficile en perspective pour le marché immobilier

Écrit par La rédaction Meilleurtaux . Mis à jour le 7 février 2024 .
Temps de lecture : 3 min

faviconLa promesse Meilleurtaux
Chez Meilleurtaux nous aspirons à vous aider à prendre de meilleures décisions sur vos finances. Notre combat : vous rendre gagnant sur votre argent en vous donnant toutes les clés de compréhension sur nos offres. Consultez notre méthode de présentation des offres et comment nous nous rémunérons sur chacun de nos services.

immobilier

Les taux d’intérêt élevés des crédits à l’habitat pèsent sur l’activité, en particulier dans l’ancien. En 2023, le volume de transactions a chuté d’environ 20 %, et les professionnels s’attendent à un nouveau repli, de l’ordre de 10 %, pour 2024. Pour une véritable relance, une baisse des prix et du coût des prêts est indispensable.

Une activité freinée par l’explosion des taux d’intérêt

Le taux d’intérêt des crédits a littéralement explosé entre 2021 et 2023. Le bilan de l’Observatoire Crédit logement/CSA indique que

La moyenne toutes durées d’emprunt confondues a atteint 4,24 % (hors assurances) en décembre dernier, contre 1,06 % en fin 2021.

À cause de cette envolée des taux immobiliers, la capacité d’emprunt des ménages a baissé de 16,7 % sur la seule année 2023. Selon les explications d’un expert,

Entre fin 2022 et fin 2023, toutes conditions gardées, un acquéreur qui pouvait initialement prétendre à 100 000 euros doit désormais se contenter de 83 200 euros.
Quel taux pour votre projet ?

En parallèle, les conditions d’octroi des banques restent très strictes.

  • Elles doivent respecter les plafonds de taux et de durée d’endettement imposés par le HCSF.
  • En outre, elles sont de plus en plus exigeantes en matière d’apport personnel.

Les appels répétés à un assouplissement des critères, lancés par les particuliers, courtiers et même des établissements financiers auprès des autorités, n’ont pour l’instant pas produit les résultats escomptés.

L’impact sur l’activité est notable. Les réseaux d’agences ont observé

Un recul d’environ 20 % du volume de ventes,

Soit 200 000 en moins par rapport à 2022, avec seulement 900 000 contrats finalisés.

En 2024, la FNAIM anticipe une décrue supplémentaire de 10 % des transactions. Par ailleurs, d’après certains agents immobiliers,

Les secundo-accédants représentent 60 % des ventes, alors que les primo-accédants étaient auparavant majoritaires.

La baisse des prix et des taux, conditions indispensables d’une reprise

ImportantAlors que le budget des futurs propriétaires s’est réduit, les prix ne sont pas descendus autant qu’ils l’ont espéré en 2023.

En effet,

Avec des vendeurs peu enclins à revoir leurs prétentions à la baisse, les biens ne se sont dépréciés que de 3 % en moyenne,

Déclare le président du réseau Century 21, qui souligne des disparités entre la région parisienne (-7 %) et le reste du territoire (-1 %).

Le président de la Fnaim note par ailleurs

Des écarts plus marqués, avec des reculs nets dans les métropoles après une période de forte inflation, et une tendance à la stabilité dans les villes moyennes, les communes rurales, ainsi que les stations de ski.

Pour les professionnels,

Le marché ne retrouvera son dynamisme qu’avec un reflux plus important et durable des prix.

La FNAIM n’anticipe qu’une baisse allant de 4 à 6 %.

En outre,

ImportantSans un recul d’un demi-point au minimum du côté des taux d’intérêt, et sous réserve que les candidats à l’achat fassent davantage d’efforts sur l’apport personnel, l’éventualité d’une reprise semble compromise.

À retenir
  • Les taux d’intérêt des crédits immobiliers ont explosé entre 2021 et 2023, faisant chuter la capacité d’emprunt des ménages.
  • Le volume de transactions immobilières a chuté de 20 % en 2023 et une nouvelle baisse de 10 % est prévue pour 2024.
  • Les prix des biens immobiliers n’ont baissé que de 3 % en moyenne, alors qu’un reflux de 7 % serait nécessaire pour relancer le marché.
  • Une baisse plus sensible des prix et des taux d’intérêt est indispensable pour une reprise pérenne de l’activité immobilière.

favicon Écrit par
La rédaction Meilleurtaux


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé
Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.