Certains ménages islandais croulent encore sous des dettes toxiques

Des ménages islandais sous dettes toxiques

La crise bancaire islandaise en 2008 a provoqué des effets néfastes à de nombreux foyers locaux. Ces derniers se retrouvent, depuis, étouffés par des prêts toxiques qu’ils ont enclenchés pour certains projets. Bon nombre de ménages ont été contraints de se séparer de leur logement malgré certaines décisions prises par la juridiction.

Plusieurs ménages islandais se préoccupent encore de certaines dettes toxiques qu’ils doivent toujours à leurs banques. Les mensualités censées être plus ou moins légères ont grimpé en flèche depuis la cessation de paiement des enseignes financières locales en début du dernier trimestre de 2008.

Certains facteurs ont poussé les foyers à contracter ces emprunts pendant cette période. Personne ne s’attendait à un revirement aussi préoccupant. De nombreuses familles se plaignent d’être encore chargées de ces créances tandis que d’autres ont pu s’en sortir. Quelques milliers ont du moins été obligés de quitter leur maison afin de régler leurs dettes.

Les familles islandaises fortement endettées

Depuis la cessation de paiement des banques islandaises en 2008, certains ménages locaux ont remarqué une augmentation considérable de leur mensualité liée à leur crédit immobilier. Ainsi, de nombreuses familles islandaises restent chargées de la restitution des sommes empruntés qui étaient à la base destinées à l’achat de leur maison.

C’est d’ailleurs le cas pour Ásthildur Thórsdóttir et Hafthór Ólafsson qui, depuis 2012, ont investi beaucoup de temps et d’argent dans le but de ne pas être expulsés de leur logement.

La raison qui a incité ce foyer à faire cet emprunt bancaire était principalement d’offrir plus d’espace à leur ménage pour un meilleur épanouissement de leurs enfants face au coût des biens immobiliers qui ne cessait de progresser. C’est pourquoi le couple a décidé de franchir le palier vers la moitié de l’année 2007.

Ils se sont, de ce fait, offerts une belle maison de 165 m² pour 55,4 millions de couronnes, soit près de 660 000 euros sis dans un quartier résidentiel de la capitale. La durée d’endettement s’étale jusqu’à 40 ans et le crédit de 30,4 millions de couronnes est ajusté sur le franc suisse et le yen, historiquement stables.

Un revirement inopiné

Les foyers ne s’attendaient pas à un changement aussi inquiétant causé par la cessation de paiement en octobre 2008 des banques locales qui a provoqué la chute de tout le pays.

D’après un constat du SFF (Association islandaise des services financiers), 70 000 individus sur une population de 318 000 ont déclenché des contrats de prêts à taux attractifs en 2011. Ces emprunts étaient surtout destinés à financer l’achat d’un véhicule de luxe, d’un logement ou à la préparation des vacances des emprunteurs.

Et l’effondrement de la couronne islandaise de près de 50% a conduit à l'inflation jusqu'à 18%. Le fait est que les crédits octroyés sont indexés soit sur les devises étrangères soit sur l'évolution des prix. Ainsi, les emprunteurs sont contraints de voir leurs mensualités grimper en flèche.

Cependant, la Cour suprême a tranché en juin 2010 que les crédits indexés sur des devises étrangères n’étaient pas conformes aux réglementations en vigueur. Ce qui implique que les familles n’étaient plus tenues de remplir leur part de remboursement au niveau des pertes de change. Raison pour laquelle les banques ont déclenché un conflit judiciaire. Néanmoins, la situation s’est calmée pour la plupart des emprunteurs.

Selon la directrice générale de la SFF Katrín Júlíusdottir :

La plupart des prêts ont été réévalués à la baisse, permettant ainsi que ce poids énorme soit retiré aux foyers islandais.

Katrín Júlíusdottir

Les enseignes financières ont été chargées de près de 200 milliards de couronnes. Ce qui représente à l’horizon de 10 à 15% du PIB et de plus de 100 milliards de couronnes pour le gouvernement.

Suivant les données du gouvernement en janvier, l'endettement des foyers de plus de 120% du PIB en 2009 chute à moins de 80% en 2017. Cependant, 6 000 Islandais environ se sont retrouvés dans l’obligation de quitter leur maison après l’allocation entre 2008 et 2015, en se basant sur une publication du Parlement.

D’autres étaient contraints de trouver une solution financière telle que les rachats de crédits qui répondent à une éventuelle situation d'endettement excessif.

Regroupez vos crédits
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
Je réduis mes mensualités
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits
Je réduis mes mensualités

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.