Dettes à 100 % du PIB : quelles conséquences ?

Dettes à 100% PIB conséquences

Cette année, les dettes de l’État frôlent les 100 % du PIB. A priori, ce taux très élevé ne doit pas avoir d’impact sur le système, à part un ralentissement de la croissance au cas où les impôts augmentent. Ce sont plutôt les dettes privées qui inquiètent les autorités, notamment le crédit immobilier qui connaît un dynamisme alarmant.

Dettes privées et publiques sont en train d’augmenter

Important Le ratio des dettes contractées par les entreprises et les ménages est plus élevé en France que chez les autres pays de l’Europe.

À la fin du premier trimestre, les dettes privées incluant le prêt pour l’habitat et le rachat de crédit représentaient 73 % du PIB contre une moyenne européenne de 61 %.

Les dettes publiques, pour leur part, devraient s’élever à 98,7 % du PIB fin 2018. Elles pourraient ponctuellement atteindre la barre des 100 % au cours de l’année.

Le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) s’est montré particulièrement préoccupé de la hausse du volume des emprunts immobiliers.

Les dettes privées risquent d’avoir des conséquences inquiétantes sur le système financier. En revanche, l’impact du taux élevé des dettes de l’État est moins problématique sur le court terme.

L’importance des dettes publiques pourrait affecter la croissance

Important Si l’État décide une hausse des impôts face à l’augmentation de ses dettes, la croissance va ralentir. De même, l’affectation de fonds au paiement des intérêts de ces crédits va rogner les montants à investir.

Toutefois, les conséquences d’une dette publique à 100 % du PIB ou au-delà ne sont pas forcément catastrophiques.

Pour Xavier Timbeau, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), ces dettes auront inévitablement une répercussion sur la croissance, mais il n’est pas aisé d’établir :

« Un seuil à partir duquel la dette publique devient un problème ingérable ».

Xavier Timbeau

D’après Denis Ferrand, le directeur général de COE-Rexecode, le niveau des dettes publiques n’atteindra pas la barre symbolique des 100 % fin 2018 et fin 2019, qui sont :

« Les dates les plus importantes pour la Commission européenne ».

Denis Ferrand

Pour l’instant, aucune explosion n’est à craindre. Les taux d’intérêt au plancher permettent de maintenir au plus bas les taux des obligations étatiques.

Regroupez vos crédits
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
Je réduis mes mensualités
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits
Je réduis mes mensualités

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.