Pouvoir d’achat : comment expliquer le décalage entre la perception des ménages et les chiffres officiels

Pouvoir achat comment expliquer décalage perception et chiffre

L’INSEE est formel : le pouvoir d’achat des ménages a rebondi de +0,7 % au deuxième trimestre, après avoir légèrement reculé de -0,5 % au cours des trois premiers mois de l’année. Et pourtant, les Français ne constatent aucune amélioration. Ils sont même plus de 70 % à avoir le sentiment de s’être appauvris depuis un an et demi, selon un sondage réalisé par l’IFOP pour le Journal du Dimanche. Mais alors, comment expliquer cette divergence entre le ressenti de la population et les données officielles ? Un économiste tente d’apporter des éléments de réponse.

Pourquoi a-t-on l’impression de voir le pouvoir d’achat reculer, alors que l’INSEE annonce le contraire ?

La situation est paradoxale. D’une part, le gouvernement annonce triomphalement que le pouvoir d’achat va s’améliorer de 6 milliards d’euros en 2019 (3 milliards de gains pour être plus précis). De l’autre, plus de 7 Français sur 10 se plaignent de leur niveau de vie qui ne cesse de régresser depuis 2017 (sondage de l’IFOP pour le JDD).

Alors, qui a raison et qui a tort ? Et surtout, comment expliquer cette contradiction ?

Pierre Madec, expert en économie à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques), avance plusieurs hypothèses.

Important Pour l’économiste, la première raison réside dans le fait que les effets des mesures fiscales favorables aux ménages prennent plus de temps à se faire sentir, mais aussi que la hausse de certaines charges vient rogner la baisse espérée pour les autres taxes.

Pour étayer sa thèse, il cite l’exemple de la taxe d’habitation, dont la disparition représente quand même 10 milliards d’euros d’économies pour les ménages. Seulement voilà, selon le spécialiste,

« Cette suppression sera étalée en trois ans, alors que dans le même temps, les autres impôts comme la taxe sur les carburants ont grimpé, et ces hausses pèsent directement sur le porte-monnaie des Français ».

Pierre Madec

Autre explication avancée par le l'économiste, le mauvais calcul du gouvernement qui a voulu compenser la baisse des taxes par une réduction des aides sociales, ce qui a eu un double impact négatif auprès des ménages.

« Non seulement les contribuables ne ressentent pas l’effet positif de la baisse des taxes, mais en plus ils se voient pénaliser par la réduction des prestations sociales »

Pierre Madec

Rappelle-t-il. Avant d’ajouter.
« C’est psychologique. Quand on vous dit que votre impôt va se réduire de cinq euros, vous n’aurez pas forcément l’impression d’avoir gagné cinq euros. Par contre, lorsqu’on enlève cinq euros de vos allocations logement, là vous allez bel et bien sentir la baisse si vous êtes locataire ».

Pierre Madec

Réforme fiscale : qui gagne et qui perd ?
« Même si, au vu des derniers sondages, la grande majorité des Français fustigent la politique fiscale menée par le président de la République, il ne faut pas oublier que celle-ci affecte différemment les ménages »

Pierre Madec

Insiste Pierre Madec.

Ainsi, les ménages les plus aisés sont ceux qui profitent le plus de ces réformes fiscales, avec la suppression de l’ISF (impôt sur la fortune) devenue l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) et la mise en place du « flat tax ».

Important En revanche, les retraités sont les plus durement touchés par ces mesures. Ils subissent une « double peine » avec la hausse de la CSG et le gel des pensions – le gouvernement a annoncé une augmentation de +0,3 % des retraites alors que l’inflation est de 2,2 %

Bon à savoir : Pour les « seniors » qui, avec la baisse de leur pouvoir d’achat, peinent à rembourser correctement leurs prêts en cours, le regroupement de crédits est une solution envisageable pour alléger leurs mensualités et mettre de l’ordre dans leurs finances.

Regroupez vos crédits
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
Je réduis mes mensualités
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits
Je réduis mes mensualités

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.