Menu Rachat de Credit

Risque d’explosion des défaillances à cause de l’endettement élevé des ménages et des entreprises en France

Risque explosion défaillances endettement ménage et entreprise

En matière d’évolution de la dette au secteur privé, la France s’oppose à la zone euro avec une tendance à la hausse. Actuellement, elle atteint 132,2 % du PIB, loin des 115 % de moyenne européenne. Et la situation pourrait empirer selon la Banque de France en cas de dégradation du contexte économique.

Un endettement privé équivalant à 132 % du PIB

Important Selon le dernier rapport sur l’évaluation des risques du système financier établi par la Banque de France, la dette contractée par les entreprises et les ménages français représente plus de 132 % du Produit intérieur brut national.

Sur cet indicateur, l’Hexagone détient ainsi la palme de la zone euro, où a contrario, la dette au secteur privé diminue. S’agissant des entreprises, le taux d’endettement en France est de 73,3 % du PIB, contre 62,1 % en moyenne pour l’Europe. L’écart est également important du côté des ménages, la dette sur le marché tricolore se situant à 58,8 % du PIB, nettement au-dessus de la moyenne de la zone euro, à 52,5 %.

Si le niveau d’endettement privé de la France se distingue par rapport à l’Europe, il reste largement inférieur à celui du Royaume-Uni et des États-Unis, qui s’affichent à 155 % et 149 % du PIB respectivement.

Les conséquences inquiétantes d’un retournement économique

La forte progression de l’endettement des sociétés non financières (SNF) inquiète les auteurs du rapport.

Important En effet, la Banque centrale européenne (BCE) prévoit de relever ses taux d’ici la fin de l’année, ce qui va renchérir le coût des prêts à taux variable octroyés à près de 50 % des entreprises.

Les ménages ont pour leur part contracté des crédits à taux fixe, mais l’assouplissement des conditions d’obtention relevé par les économistes n’est pas sans danger.

Important Car dans 25 % des cas, plus de 35 % des ressources des emprunteurs sont consacrés à l’habitation, un record en six ans.

La Banque de France recommande donc une vigilance accrue aux autorités.

En cas de retournement économique, le nombre de défaillances, aussi bien d’entreprises que de particuliers, risque par conséquent d’exploser. Faute de pouvoir négocier des prêts supplémentaires auprès des banques, les ménages devront se tourner vers des solutions comme le rachat de crédits pour alléger leurs mensualités et retrouver un peu de pouvoir d’achat.

Archives

Rachat de crédits
Rachat de crédit au meilleur taux

Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités.

Demandez gratuitement un rachat de crédits
Liens sponsorisés
publicite
publicite

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent. Exemple de client : L'opération de regroupement de crédits en cours présentée ci-dessus s'effectue à l'aide d'un rachat de crédits au taux d'intérêt variable de 3,75% pendant les 12 premiers mois, puis un taux variable mensuellement indexé sur l’Euribor 1 mois + 2,95% (hors assurance, hors frais) capé +1% pendant 7 ans, révisable trimestriellement en fonction de l'Euribor 3 mois. Pour un prêt de 211 123 € sur une durée de 300 mois : vous remboursez 300 mensualités de 1 085 € (hors assurance facultative). Taux Effectif Global de 3,44% (TEG), soit un coût total du crédit de : 88 154,88 €. Le coût total du crédit et le TEG indiqués ont été calculés sur l’hypothèse d’un déblocage en une seule fois de la totalité du Crédit et de l’absence d’exercice par l’Emprunteur d’une option du crédit ou d’un remboursement par anticipation. Le TEG tient compte du montant prévisionnel des intérêts, des frais de dossier, d’une estimation des frais d’acte et des honoraires de l’intermédiaire du crédit nécessaires à l’octroi du Crédit. Il a été calculé en considération, d’une part du taux d’intérêt appliqué pour la première période indiquée et d’autre part, de celui qui serait applicable à l’issue de cette première période, pour la durée prévisionnelle restante, sur la base de l’Euribor 1 mois moyen connu à la date d’émission de l’Offre majorée de l’élément fixe. A titre d’information, l’élément variable basé sur l’Euribor 1 mois calculé à la date d’émission de l’Offre est de 0,0060%. L'emprunteur dispose d'un délai de réflexion de 14 jours pour accepter son crédit.

Opération financée par : GE Money Bank.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top