L’OCDE alerte les gouvernements des pays développés sur les problèmes de la classe moyenne

OCDE alerte gouvernements pays développés

Selon un récent rapport de l’OCDE, la classe moyenne dans les pays développés est en proie à d’importantes difficultés. Alors que les charges augmentent rapidement, les revenus peinent à suivre, ce qui entraîne une dégradation de leur situation. Préserver le niveau de vie de cette catégorie de citoyens, pilier de l’économie, est un enjeu majeur pour les pouvoirs publics.

Une classe moyenne moins accessible et au niveau de vie dégradé

Pour l’OCDE, la classe moyenne est constituée des ménages qui perçoivent entre 75 % et 200 % du revenu médian. Dans les pays riches, les ressources de cette frange de la population ont évolué très lentement au cours des dernières décennies, surtout en comparaison avec les 10 % de personnes les plus aisées.

De plus, l’accès à la classe moyenne devient plus difficile : les ménages doivent désormais disposer de deux revenus et étudier plus longtemps. La proportion de jeunes (les « milleniaux ») est plus faible.

Important Et même pour ceux qui appartiennent à la classe moyenne, le niveau de vie a diminué.

Trois postes de dépenses indispensables ont connu une forte hausse : l’immobilier, l’éducation et la santé. Les inégalités sont ressenties d’autant plus fortement que l’exposition au mode de vie des plus riches suscite des envies.

Important La conséquence est que plus de 20 % des familles de la classe moyenne vivent au-dessus de leurs moyens et sont plus nombreux à tomber dans la spirale du surendettement.

Le rachat de crédits devient courant pour alléger le poids des échéances de remboursement sur le budget mensuel. Pour près de 4 foyers sur 10, une brutale chute de revenus serait catastrophique alors qu’au moins 15 % de leurs emplois risquent de disparaître du fait de l’automatisation.

Les gouvernements des pays développés alertés par l’OCDE

Les frustrations croissantes de cette classe moyenne ont provoqué une véritable crise de confiance envers les gouvernements des pays développés, que ce soit aux États-Unis ou en Europe (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Suède, Autriche, République tchèque, etc.).

Important Pour Angel Gurría, secrétaire général de l’OCDE, la colère de la classe moyenne serait une des principales causes de la montée de mouvements populistes, isolationnistes ou opposés au système.

Il souligne le rôle clé de cette dernière pour les économies en étant le pilier de la consommation, de la bonne santé du secteur immobilier et des dépenses en éducation. Elle contribue en outre à maintenir une « démocratie plus vigoureuse ».

Les auteurs du rapport enjoignent par conséquent les pouvoirs publics à résoudre les problèmes de la classe moyenne, afin d’atteindre des objectifs plus larges : renforcer le tissu social, doper la croissance économique.

Important Trois volets méritent une action urgente :

  1. le sentiment d’injustice,
  2. l’explosion des dépenses,
  3. l’incertitude quant à l’avenir professionnel.

Parmi les mesures recommandées figurent :

  • le rétablissement d’un barème fiscal progressif,
  • l’élargissement de l’offre de logements abordables,
  • la facilitation de l’accès à la formation continue des travailleurs,
  • la mise en place d’un filet social plus efficace.
calculez votre nouvelle mensualité
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
déposez votre demande
de prêt
Jusqu’à -60%*
sur vos mensualités avec le
rachat de crédits !
je compare les offres
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent. Exemple de client : L'opération de regroupement de crédits en cours présentée ci-dessus s'effectue à l'aide d'un rachat de crédits au taux d'intérêt variable de 3,75% pendant les 12 premiers mois, puis un taux variable mensuellement indexé sur l’Euribor 1 mois + 2,95% (hors assurance, hors frais) capé +1% pendant 7 ans, révisable trimestriellement en fonction de l'Euribor 3 mois. Pour un prêt de 211 123 € sur une durée de 300 mois : vous remboursez 300 mensualités de 1 085 € (hors assurance facultative). Taux Effectif Global de 3,44% (TEG), soit un coût total du crédit de : 88 154,88 €. Le coût total du crédit et le TEG indiqués ont été calculés sur l’hypothèse d’un déblocage en une seule fois de la totalité du Crédit et de l’absence d’exercice par l’Emprunteur d’une option du crédit ou d’un remboursement par anticipation. Le TEG tient compte du montant prévisionnel des intérêts, des frais de dossier, d’une estimation des frais d’acte et des honoraires de l’intermédiaire du crédit nécessaires à l’octroi du Crédit. Il a été calculé en considération, d’une part du taux d’intérêt appliqué pour la première période indiquée et d’autre part, de celui qui serait applicable à l’issue de cette première période, pour la durée prévisionnelle restante, sur la base de l’Euribor 1 mois moyen connu à la date d’émission de l’Offre majorée de l’élément fixe. A titre d’information, l’élément variable basé sur l’Euribor 1 mois calculé à la date d’émission de l’Offre est de 0,0060%. L'emprunteur dispose d'un délai de réflexion de 14 jours pour accepter son crédit.

Opération financée par : GE Money Bank.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.