Bilan pouvoir d'achat immobilier 2021 et Prévisions 2022

En cette fin d’année, Meilleurtaux fait le point et dévoile son bilan annuel du pouvoir d’achat immobilier dans les 20 plus grandes villes de France entre décembre 2020 / décembre 2021 et décembre 2019 / décembre 2021. Le spécialiste du financement révèle également les perspectives pour 2022.

Entre hausse du prix au m2 et baisse du pouvoir d’achat immobilier : Angers et Reims victimes de leur succès !

Ces deux villes de province ont énormément attiré ces deux dernières années. Les raisons semblent plutôt évidentes : Reims et Angers sont des villes dynamiques, agréables à vivre, tout en restant à moins de 1h30 de Paris en TGV. Et pour cause les Franciliens les ont pris d’assaut, faisant drastiquement augmenter le prix du m2 et faisant baisser très nettement le pouvoir d’achat. Commençons par Reims : en 2019, il était possible d’acquérir dans cette ville en moyenne 89m2. L’année suivante (celle du covid), c’était 4m2 de moins, pour une surface alors de 85m2. Cette année, c’est encore pire ! En 2021, le nombre de mètre carré chute encore de 9m2. En deux ans, cette ville a perdu 13m2 ! Passons à Angers maintenant. Le constat se corse davantage pour cette dernière. En 2019, il était possible d’acheter en moyenne une surface de 94m2 pour un montant de 210 960€, soit 2 340€ le m2. L’année suivante, en 2020, la surface chute de 16m2. Il était possible d’acquérir à ce moment-là un logement d’environ 78m2 en moyenne. Le nombre de m2 a baissé car le prix moyen au m2 lui, a augmenté ! Pour une habitation à Angers en 2020, il fallait débourser 222 066€, soit 11 106€ de plus qu’en 2019, le tout pour un logement plus petit. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Cette année, en 2021, la surface habitable moyenne baisse encore de 11m2, pour un prix qui lui continue de s’envoler. Pour cette surface, un acheteur devra débourser 222 641€, pour un montant au m2 de 3 323€. En deux ans, la surface moyenne a dégringolé de 27m2 avec un prix qui a bondi d’environ 1000€.

C’est incroyable l’engouement qu’ont les Franciliens pour ces deux villes ! Plusieurs choses l’expliquent : Reims et Angers sont très dynamiques professionnellement parlant, les mairies font beaucoup pour attirer les entreprises et les travailleurs et au-delà de cela, elles bénéficient d’une image de marque dynamique, ce qui n’est pas toujours le cas des villes voisines. Elles sont donc totalement illustratives des modifications des façons de travailler et de vivre.
explique Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux
Quel taux pour votre projet ?

Le Mans, Nîmes et Marseille : ces villes qui regagnent des m² entre 2020 et 2021

En 2020, Le Mans et Nîmes se situaient respectivement à la 2ème et 3ème place du classement. Cette année, en 2021, la tendance se confirme. Ces villes offrent une très belle qualité de vie, au calme et permettant des espaces de vie plus grands. Le Mans avait perdu 14m2 entre 2019 et 2020. Mais si l’on compare entre 2019 et 2021, elle ne perd plus que 7m2. Les habitants du Mans à budget équivalent ont regagné 7m2 en un an. Nîmes, de son côté, perdait 7m2 entre 2019 et 2020, mais regagne 5m2 entre 2020 et 2021. Donc entre 2019 et 2021, elle ne perd que 2m2. Sur la troisième place du podium des villes qui regagnent en pouvoir d’achat immobilier entre 2020 et 2021, nous retrouvons cette année, Marseille. En effet, la cité phocéenne perdait 6m2 entre 2019 et 2020. Mais si l’on compare entre 2019 et 2021, elle n’en perd plus que 3. En un an, les Marseillais regagnent donc 3m2.

Le pouvoir d’achat immobilier dans ces trois villes réaugmente entre 2020 et 2021. En effet ces villes ont très légèrement été délaissées depuis le pic de la crise « covid » ce qui leur a quasiment permis de retrouver leur visage d’avant crise. C’est une bonne nouvelle en tous cas pour les locaux, qui ne doivent pas faire face à des hausses de prix trop fortes.
analyse Maël Bernier
Quel taux pour votre projet ?

Une année quasi blanche pour certaines agglomérations entre 2020 et 2021

Saint-Etienne reste une nouvelle fois en tête du classement, avec le pouvoir d’achat immobilier le plus élevé. En 2020, il était possible d’acquérir 153m2, un an plus tard, la surface a légèrement baissé. Un acheteur peut s’offrir en 2021, 150m2 en moyenne dans cette ville pour un montant de 223 896€. En ce qui concerne les villes en bord de mer, le pouvoir d’achat immobilier se maintient cette année, versus 2020. C’est notamment le cas pour Le Havre, qui ne perd qu’1m2 en un an, passant d’une surface moyenne d’achat de 100m2 en 2020 pour un espace de 99m2 en 2021. Du côté de Montpellier, le pouvoir d’achat immobilier a grimpé d’un petit m2, passant de 64m2 habitable en moyenne en 2020 à 65m2 en 2021. Prenons maintenant Nantes. Le pouvoir d’achat immobilier est resté identique entre 2020 et 2021 avec toujours 53m2 finançables pour 1000€ de remboursement mensuel.

Quant à la capitale, avec ses 11 496€ moyens du m2, Paris offre seulement 19 petits mètres carrés habitables pour un montant de 223 896€. C’était 21m2 en 2020 et 20m2 en 2019.

Paris a beau être très attractive économiquement et culturellement parlant, elle a tout de même sa part d’ombre et fait de moins en moins rêver.
estime Maël Bernier, avant de poursuivre
Le coût de la vie et l’immobilier y sont particulièrement élevés. Les familles qui le peuvent, aspirent donc à une autre vie en région ; Avec le développement du télétravail, certains franciliens ont déjà sauté le pas !

evolution pouvoir achat immo 2019VS2020

Quel taux pour votre projet ?

Prévisions pour 2022 : qu’en sera-t-il des taux ?

Le mouvement est très légèrement en hausse depuis début novembre et cela pourrait se confirmer début 2022.

En ce moment, les taux moyens se situent donc à 1,30% sur 25 ans, 1,10% sur 20 ans, 0,93% sur 15 ans soit une hausse de 0,15% en deux mois mais nous restons toutefois à des niveaux exceptionnels. » explique Maël Bernier. « Du côté des excellents dossiers, cela ne bouge pas vraiment avec des taux toujours sous la barre des 1% mais qui tendent toutefois à se raréfier. Il est en effet plus compliqué de prétendre à ces minimas sous les 1% sauf à présenter une épargne résiduelle après opération relativement confortable.
ajoute-t-elle

Alors que les taux directeurs restent toujours autour de 0%, voire négatifs, difficile d’expliquer cette légère hausse autrement que par la volonté des banques de reconstituer un tout petit peu leur marge sur ce produit très peu rémunérateur mais évidemment tout en gardant une volumétrie soutenue, car leurs objectifs en 2022 en matière de crédit immobilier sont égaux voire plus élevés qu’en 2021 ;

Si les taux venaient à remonter trop fortement, ils seraient très difficiles à atteindre. S’ajoute à cela des normes règlementaires qui ne vont pas du tout faciliter l’accès au crédit et avec lesquelles les banques vont devoir jongler. » poursuit Maël Bernier. « Les hausses que nous observons depuis quelques semaines pourraient se poursuivre à la rentrée mais de manière très contenues, car si elles étaient trop brutales et trop fortes, elles entraineraient un ralentissement et une baisse de la finançabilité et risqueraient de casser la dynamique (déjà légèrement ralentie) du marché.
conclut Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux

J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.