Les tarifs des mutuelles continuent d’augmenter dans un contexte de crise sanitaire

 Cabinet médical

Les mutuelles santé ont eu tendance à augmenter leurs tarifs chaque année, au cours de la dernière décennie. 2021 n’échappera visiblement pas à cette règle, malgré la persistance de la pandémie de Covid-19. Les estimations divergent toutefois concernant l’importance de la hausse. Selon les sources considérées, l’augmentation serait de 2,6 % ou de 4 % par rapport à l’année dernière.

Malgré les divergences sur les chiffres, les observateurs sont unanimes concernant l’augmentation des tarifs en complémentaire santé. La crise sanitaire n’aura donc aucune incidence sur la hausse continue des prix dans ce domaine. D’ailleurs, la pandémie a même contribué à accentuer la tendance habituelle du marché, d’après la plupart des spécialistes.

Heureusement, les assurés peuvent profiter de la résiliation infra-annuelle depuis décembre dernier. Ils ont ainsi la possibilité de changer de mutuelle à tout moment sur les contrats de plus d’un an. Les associations de consommateurs, de leur côté, dénoncent le manque de transparence de la tarification. Effectivement, les prix auraient dû baisser après une année favorable pour les assureurs.

Je trouve la meilleure assurance santé

Une hausse certaine pour cette année

Depuis des années, les défenseurs des droits des consommateurs ont lutté contre l’opacité et la rigidité du secteur de l’assurance. Ils ont partiellement obtenu gain de cause avec l’instauration de la résiliation infra-annuelle. En effet, les assurés peuvent désormais changer de mutuelle santé facilement et sans frais. En revanche, les tarifs pratiqués dans le secteur restent problématiques pour les Français.

D’après les Échos, les prix des complémentaires santé ont progressé de 4 % et de 5 % ces deux dernières années. Les ménages risquent ainsi de ne pas supporter l’augmentation de 4,3 % prévue pour cette année. Ce chiffre représente un surcoût moyen de 79 euros par an. 1 Français sur 5 risque même de subir une hausse dépassant les 200 euros, selon les analystes. Pour les associations de consommateurs :

Certains organismes ont délibérément choisi de répercuter sur les assurés la « taxe Covid », alors même que son montant est inférieur aux économies réalisées.

De son côté, la Mutualité française estime que les chiffres actuels restent conformes à la tendance habituelle dans le secteur. La Fédération table d’ailleurs sur une hausse de 2,6 % pour cette année. Effectivement, cette estimation est assez proche des 2 % et 1,9 % constatés en 2018-2019. En tout cas, les assurés ne seront pas épargnés par l’augmentation des tarifs des mutuelles cette année.

Je trouve la meilleure assurance santé

Des chiffres préoccupants

Au fil du temps, les Français ne sont plus surpris par l’augmentation annuelle des prix des complémentaires. Cette hausse est toutefois mal perçue cette année suite à la pandémie de Covid-19. En effet, les assureurs ont réalisé des économies considérables au cours du premier confinement. Les consommateurs espéraient ainsi une baisse des cotisations en contrepartie.

Toutefois, le gouvernement a décidé entre temps d’instaurer une taxe Covid de 1,5 milliard d’euros dans le secteur. L’exécutif a en effet estimé les économies des mutuelles à 2,2 milliards d’euros. Cet impôt exceptionnel vise notamment à limiter les effets de la crise sanitaire sur l’Assurance maladie. Annoncée en juin dernier, cette mesure a provoqué de vives protestations au niveau des assureurs santé.

Dans ce contexte, de nombreux acteurs du secteur ont immédiatement envisagé une hausse des prix pour cette année. Ces professionnels ont pourtant promis de ne pas augmenter leurs tarifs, suite à la réforme 100 % Santé. Certes, l’engagement concernait uniquement les effets de ces mesures. Cependant, il est tout à fait légitime de s’interroger sur les véritables causes de la hausse actuelle.

Dans Les Échos, une association de consommateurs a par ailleurs anticipé 4 % d’augmentation cette année. Cette estimation est largement supérieure aux 2,3 % de la Fédération nationale de la mutualité française. Selon le quotidien, l’écart vient essentiellement des méthodologies adoptées par les deux organismes.


top

Déjà 1 million d’abonnés à notre newsletter

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités

Une erreur est survenue
En vous abonnant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de données personnelles. Vous pourrez vous désabonner à tout moment depuis le lien présent dans chaque newsletter que vous recevrez.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.