Les prix immobiliers parisiens atteignent un niveau record

 Vue de l’immobilier parisien

La beauté de la ville parisienne suscite l’engouement des acheteurs. L’offre n’arrive plus à satisfaire la demande, ce qui engendre une flambée des prix immobiliers dans la région. Pour les promoteurs immobiliers, c’est le signe d’un marché très dynamique. Même si le mètre carré pourrait atteindre les 8700 euros fin juin, les acheteurs sont prêts à tout pour signer un contrat de vente. La marge de négociation est très serrée. Du coup, les vendeurs engrangent de gros profits.

Même si plusieurs régions ont subi une conjoncture plutôt morose sur le marché immobilier depuis 2015, les prix de l'immobilier parisien n’ont pas cessé d’augmenter. Cette hausse des prix n’est plus une surprise pour la plupart des acteurs qui exercent dans ce secteur.

D'après les estimations effectuées par un groupe de notaire, le prix moyen d’un logement ancien situé à Paris pourrait atteindre les 8.700 euros le mois prochain. Ce sera le plus haut niveau jamais atteint depuis le pic de 2012 (240 euros de plus).

Cette progression est liée à la forte demande de logements adressée au marché. En effet, depuis une dizaine d’années, l’attrait de la ville de Paris incite beaucoup d’étrangers à y acquérir des logements à des prix audacieux.

Ainsi, la hausse du prix moyen des logements connaît un taux de croissance annuel de 7 %. Dès la fin du mois de février, le prix moyen des logements anciens parisiens s’est accru de 5,2 %, en glissement annuel. L’ampleur des avant-contrats de vente enregistrés par les notaires laisse présager de nouvelles hausses après le mois de juin.

Or, ce phénomène pourrait engendrer un « effet d’éviction » vis-à-vis des ménages aux revenus moyens. Il serait préférable que les taux d’intérêt nominaux de crédits immobiliers soient indexés sur la hausse des prix immobiliers.

La solution la plus efficace proposée par les banques est le rachat de crédit, car il tend à alléger le montant global des remboursements mensuels.

Un ajustement est-il possible ?

Il est indéniable que le niveau de revenu des personnes qui vivent à Paris et en Île-de-France est nettement plus élevé par rapport à la moyenne nationale. Le chômage y est aussi plus rare mais cette flambée des prix commence à déstabiliser le pouvoir d’achat des ménages et perturbe aussi le marché immobilier parisien d’autant plus que les risques de spéculation sont présents.

Comme le marché est très prospère, les écarts de prix n’attirent pas l’attention des pouvoirs publics. Or, cet ajustement a été très limité après la crise financière de 2008.

C’était entre 2009 et 2011 que les prix ont fortement augmenté suite au plan de relance de l’ancien Président Sarkozy. Ce plan a engendré des achats immobiliers effrénés grâce aux crédits d'impôt appliqués sur les intérêts d'emprunt et l’octroi des prêts à taux zéro.

Rappelons qu’une autre mesure qui vise à corriger les prix a été appliqué entre 2012 et 2014 pour faire baisser le prix moyen du mètre carré à 7.880 euros. Mais les effets de cette mesure n’ont pas duré longtemps.

Les raisons de cette hausse tendancielle

Paris est l’une des grandes villes les plus densément peuplées de l’Europe avec ses 21.200 habitants au kilomètre carré. À cet effet, les logements mis en vente sont plus ou moins rares.

En plus, c’est une ville très attractive où le tourisme est en plein boom. Tous ces facteurs font que les demandes de logements dans la région soient quasiment illimitées pendant toute la période de l’année.

Mais malgré la hausse des prix de l'immobilier, le volume des transactions ne cesse de suivre une trajectoire ascendante. Rien qu’entre le mois de décembre 2016 et le mois de février 2017, le volume des ventes immobilières a connu une croissance de 14 %.

La valeur des immobiliers achetés à Paris ne cesse de s’accroître et c’est pour cette raison que les acheteurs s’arrachent les logements parisiens. Guidés par les gains futurs, ils sont prêts à en acheter à n’importe quel prix.

Regroupez vos crédits
Etes-vous propriétaire ?
Combien de crédits remboursez vous ?
crédit(s) conso
Je réduis mes mensualités
Rachat de crédits
Regroupez tous vos crédits et diminuez vos mensualités
Votre rachat
de crédit au
meilleur taux
demandez gratuitement un rachat de crédits
Je réduis mes mensualités

La baisse du montant des mensualités suppose un allongement de la durée de remboursement et une majoration du coût total d'un ou de plusieurs crédits objets du regroupement.

Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.