Réforme de l’assurance-emprunteur : comment ne pas payer plus cher son crédit immobilier

réforme assurance emprunteur

Depuis le 1er juin, de nombreux emprunteurs peuvent être exemptés de remplir le questionnaire de santé lié à l’assurance emprunteur grâce à la Loi Lemoine. Le point noir est que selon certains professionnels du secteur, cela pourrait entraîner une hausse des tarifs. Voici quelques astuces pour ne pas payer votre crédit immobilier plus cher.

Dans le cadre de la loi Lemoine qui réforme l’assurance emprunteur, les questionnaires de santé seront supprimés de la plupart des demandes de prêts immobiliers. Concrètement, depuis le 1er juin les personnes souscrivant un crédit immobilier remboursable avant les 60 ans de l'emprunteur et de moins de 200 000 euros par personne (ou 400 000 euros pour un couple), n’auront plus l’obligation de remplir un questionnaire médical comportant leurs antécédents de santé. Selon vie-publique.fr, cela concernera "plus de la moitié des demandes de financement immobilier".

Une bonne nouvelle pour les emprunteurs ayant un problème de santé, mais qui l’est beaucoup moins pour les assureurs. Nombreux sont ceux à dénoncer le risque que cela représente d’assurer des contrats « à l'aveugle ». Ils pourraient donc être tentés de répercuter un coût supplémentaire sur tous les dossiers des emprunteurs n’ayant plus à passer de questionnaire de santé. À ce jour, la hausse des tarifs envisagée par les professionnels du secteur varie entre 15 et 20% selon plusieurs experts. Si elle reste à confirmer, voici quelques conseils qui pourraient vous permettre d’éviter de payer plus cher votre assurance de prêt.

J’assure mon prêt au meilleur prix

Remplir le questionnaire de santé

Pour mettre toutes les chances de votre côté si vous n’avez aucun problème de santé, vous pouvez demander à remplir un questionnaire de santé et ce, même si vous n’avez pas besoin de le faire. Selon une source interrogée par Moneyvox, la loi explique que « l'assureur ne peut pas solliciter de données médicales. On ne peut même pas inciter à le faire, c'est vraiment à l'emprunteur de le demander. Ensuite, si un assuré déclare expressément qu'il veut faire un questionnaire de santé pour bénéficier d'un meilleur tarif ou de meilleures garanties, rien ne l'en empêche à ce jour. »

Il pourrait être intéressant également de revoir l’enveloppe globale nécessaire à votre projet et emprunter au-dessus du seuil prévu dans la réforme. Par exemple, si vous aviez prévu au départ de n’emprunter que 199 000 euros, il peut être intéressant d’augmenter ce montant et passer à 202 000 euros pour passer le questionnaire de santé.

Autre possibilité : jouer sur les quotités. Si la banque réclame systématiquement une couverture à 100% pour une personne empruntant seule afin de récupérer toutes les échéances en cas de décès ou d'accident grave, elle ne demande au minimum qu’une quotité globale de 100% pour des personnes empruntant en couple, soit 50% par tête. À deux, vous pourriez donc faire varier le niveau de quotité, en demandant à être couvert l’un comme l’autre à 100% et ainsi peut-être passer au-delà de la quotité assurée de 200 000 euros et répondre à un questionnaire de santé.


J’emprunte
sur
15 ans
J’assure mon prêt au meilleur prix
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.