Les taux ultra-faibles contraignent les banques à plus de créativité

taux faibles des bnaques

Santander, cinquième plus grande banque de Grande-Bretagne, a baissé ses taux dans un contexte marqué par les taux ultra-faibles et de taux d’intérêt négatifs.

Fin des rendements élevés de Santander

Sa rémunération et les avantages en nature ont permis à Santander de totaliser plus de 60 milliards £ de dépôts à la mi-2016. Le succès du compte 123 comme outil d’acquisition de clients est d’ailleurs tel qu’il est également exporté vers le marché d’origine de Santander, l’Espagne, ainsi que le Mexique.

Cependant, avec des marges d’intérêt minimes dans le secteur bancaire, le compte 123 a la réputation d’être extrêmement déficitaire. La baisse des taux de taux de base du Royaume-Uni à 0,25 % a finalement sonné le glas des généreux taux progressifs, remplacés par un forfait de 1,5 %.

Menace de crise systémique sur le secteur bancaire européen

Les banques restent mal vues, bien qu’après la crise financière, leur rendement soit passé de 20 % à seulement 5 % à 10 % et que la pression se soit durcie sur les marchés de la zone euro.

Tel est le cas en Italie, par exemple, où des dizaines de petites banques, ainsi que d’autres de la taille de Monte dei Paschi, 3e prêteur, luttent pour leur survie. La cause profonde est une surabondance de mauvais prêts, mais l’incapacité à améliorer leur rentabilité via les marges d’intérêt aggrave le problème.

Une menace moins visible, mais non moins systémique existe en Allemagne. Deutsche Bank rencontre d’importantes difficultés découlant de mauvaises pratiques passées.

De plus, les caisses d’épargne, qui financent les petites entreprises allemandes, sont gravement exposées à l’érosion de la marge causée par les taux d’intérêt négatifs de la Banque centrale européenne. Les résultats relativement optimistes des tests de résistance des banques européennes du mois dernier n’ont pas suffi à rendre leur confiance aux investisseurs.

Généralisation des taux négatifs

Depuis plusieurs années, quelques banques appliquent des taux négatifs aux grands clients corporate. Les clients particuliers aussi sont maintenant touchés. Récemment, la Raiffeisenbank Gmund am Tegernsee dans le sud de l’Allemagne a annoncé l’adoption de taux négatifs sur les dépôts de plus de 100.000 €.

D’autres établissements sont plus créatifs. En Espagne, ils encouragent les clients à passer des prêts hypothécaires à taux variable (tracker mortgages) à des contrats à taux fixe, craignant que de nouvelles baisses des taux sous-jacents n’obligent les banques à payer les emprunteurs hypothécaires pour leur prêter de l’argent.

En France, des taux négatifs ont été introduits via l’imposition de frais de compte. Ils sont structurellement mieux adaptés, car ils peuvent être maintenus même en cas de remontée des taux.

Jusqu’ici, au Royaume-Uni, les frais de compte sont tabous pour les comptes standards. Santander facture 5 £ par mois au lieu de 2 £ pour son compte 123. Mais les banques n’ont pas suivi sur les comptes standards, en dépit de la critique politique et réglementaire que les comptes « libres » cachent le coût réel des charges et ont encouragé la vente abusive de produits tels que l’assurance emprunteur.

Les grandes banques aimeraient faire payer, mais redoutent les risques à être le pionnier et l’impopularité d’un changement d’avis. Il soulève l’importance pour tous de s’inquiéter des effets de masse des taux ultra-faibles.

Archives

Le meilleur taux pour votre assurance de prêt
Montant de votre prêt
Durée
15 ans
Je compare les taux
à la une
publicite
services
publicite
Plus de 50% d’économies
sur votre assurance de prêt
je compare les offres
Assurance de prêt
Notre comparateur sélectionne l'assurance crédit immobilier la plus adaptée à votre profil et au meilleur tarif
Étude
gratuite et sans
engagement
COMPAREZ LES DEVIS D'ASSURANCE DE PRÊT GRATUITEMENT
Je compare les tarifs ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.