Assurance auto : ce cadeau des réparateurs de pare-brise que vous payez en réalité plus tard

pare-brise cassé

Certaines enseignes spécialisées dans la réparation de pare-brise n’hésitent pas à multiplier les opérations commerciales à grands renforts de smartphone ou de trottinette électrique gratuits. Mais l’est-ce vraiment ?

Remplacement sans frais des essuie-glaces, lave-vitres électrique gratuit voire, plus surprenant encore : une console de jeu offerte. Voici entre autres, les nombreux cadeaux promis aux automobilistes par certaines enseignes spécialisées, pour la réparation de leur pare-brise.

Si depuis la loi Hamon de 2014, les automobilistes sont libres de se tourner vers le réparateur de leur choix en cas de sinistre, certains spécialistes n'hésitent pas à attirer les clients en leur promettant un petit bonus, sous forme de cadeau.

Or, ces offres commerciales alléchantes ne seraient pas si intéressantes que cela, si l’on en croit un article publié vendredi 18 novembre dans Le Parisien. D’après le quotidien, les assureurs pointent du doigt ces enseignes et les accusent de leur faire payer la note pour ces cadeaux. Résultat : ils répercuteraient à leur tour ce coût sur la prime d'assurance et donc, sur l'automobiliste.

Je trouve la meilleure assurance auto

Les automobilistes, premiers pénalisés

« L'intention du législateur a été dénaturée par certains, s'indigne la fédération du secteur France Assureurs auprès du Parisien. Le réparateur va présenter la facture auprès de l'assureur et celui-ci est obligé de payer », même si les travaux sont réalisés chez une entreprise non-agréée à des prix dépassant très élevés.

Par exemple, pour une Citroën C4, le prix du remplacement d’un pare-brise varie en moyenne de 1 000 à 1 630 euros selon les enseignes. Ces différences non expliquées, pousse les compagnies d'assurance à penser que les réparateurs leur facturent les cadeaux offerts.

Selon Franck Le Vallois, directeur général de France Assureurs, cette hausse des coûts imposée par les réparateurs ne pénalise pas vraiment les assureurs en première ligne. Car, « au final, les cadeaux offerts pour appâter les clients et la prise en charge de la franchise sont payés par la communauté des assurés. » Concrètement, ces dérives potentielles sont compensées par les hausses de primes.

À noter que ces hausses de cotisations devraient continuer en 2023. Selon les données du cabinet Facts & Figures (F&F), les contrats d’assurance auto en cours devraient à nouveau augmenter, de 3 à 5% l’année prochaine.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.