Vente aux enchères d’une voiture : quid de l'assurance auto ?

Vente aux enchères d’une voiture et assurance : comment ça marche ?

Les voitures d’occasion vendues aux enchères publiques peuvent représenter une réelle opportunité si vous recherchez un véhicule au meilleur prix. Vous devrez toutefois justifier d’une formule d’assurance auto dès la remise des clés. L’essentiel pour tout comprendre sur l’assurance en cas de vente de véhicule aux enchères.

Qu’est-ce qu’une vente aux enchères de voiture d’occasion ?

Le principe de base de la vente aux enchères est bien connu : rassemblés autour d’un commissaire-priseur, plusieurs acquéreurs intéressés par un véhicule peuvent enchérir après la mise à prix, c’est-à-dire émettre un ordre d’achat. La voiture est ensuite attribuée au meilleur enchérisseur.

En pratique, on distingue deux grands types de ventes aux enchères de voitures d’occasion :

  • Les ventes volontaires aux enchères rassemblent tous les véhicules mis en vente par leurs anciens propriétaires de leur plein gré. Dans la majorité des cas, cela concerne la cession de flottes entières de véhicules par une grande entreprise, ou encore par une société de location ou de leasing. Plus rarement, des collectionneurs mettront en vente leurs voitures rares dans le cadre d’une vente aux enchères exceptionnelle.
  • Les ventes aux enchères judiciaires concernent, au contraire, tous les véhicules ayant fait l’objet d’une saisie sans le consentement de leur propriétaire. Cela peut faire suite à la liquidation judiciaire d’une entreprise, ou même à une confiscation dans le cadre d’une procédure pénale (véhicule volé, acquis avec le produit d’une activité délinquante, saisi par les douanes…).

La diversité des ventes aux enchères de voitures se reflète directement sur celle des modèles proposés. Entre autres exemples, un particulier attentif pourra acquérir, par ce biais :

  • une voiture de sport (Ferrari, Jaguar type E, Corvette, Lamborghini Miura...) ;
  • un véhicule utilitaire ;
  • un cabriolet ;
  • une moto ;
  • une citadine ou berline (Clio IV, Mégane, Citroën Picasso...) ;
  • un SUV (Renault Kadjar, Captur…).
Je trouve la meilleure assurance auto

Vente aux enchères et assurance auto : comment ça marche ?

L’acheteur d’un véhicule vendu aux enchères doit justifier d’un contrat d’assurance auto dès la remise des clés, incluant au moins une garantie responsabilité civile. L'article L. 324-1 du Code de la route impose, en effet, la souscription d’une assurance auto pour tout véhicule à moteur amené à circuler sur la voie publique.

La possession d’une assurance auto à la suite d’une vente aux enchères peut faire l’objet d’un contrôle, à tout moment, par les forces de l’ordre.

Pour remplir cette obligation, il est possible de souscrire une formule en ligne, en quelques clics, à partir d’un comparateur d’assurances auto en ligne. Selon les cas et vos besoins, vous pourrez opter pour un contrat classique ou une simple assurance auto temporaire.

Quelles garanties d’assurance pour une voiture vendue aux enchères ?

Une simple assurance auto au tiers peut s’avérer suffisante pour un véhicule vendu aux enchères, lorsque ce dernier a une faible valeur résiduelle (date de première mise en circulation remontant à de nombreuses années, véhicule accidenté ou en mauvais état…).

Dans la plupart des cas, cependant, les voitures acquises dans le cadre d’enchères automobiles méritent le même niveau de protection qu’une voiture neuve ou une occasion classique. Les garanties particulièrement recommandées incluent :

  • la garantie panne mécanique ou assurance moteur, qui prendra en charge les frais de réparation et de remise en état en cas d’avarie importante sur la route. Cette clause est, notamment, intéressante si le véhicule acheté aux enchères présente un vice caché entraînant une panne assez rapidement après son acquisition.
  • la garantie personnelle du conducteur, qui permet l’indemnisation du propriétaire du véhicule obtenu aux enchères s’il subit un accident grave et présente des séquelles physiques à la suite du sinistre… même s’il est en partie ou totalement responsable de l’accident ;
  • la garantie dommage collision, complément idéal à l’hypothèse de la panne mécanique, puisqu’elle pourra indemniser aussi vos dégâts matériels si vous perdez le contrôle de votre véhicule et subissez un accident, avec ou sans tiers identifié.

En pratique, les assureurs proposeront à l’acquéreur d’une voiture aux enchères les mêmes formules de base qu’à leurs autres clients :

  • assurance auto au tiers ;
  • assurance auto au tiers étendu (bris de glace, incendie, explosion, catastrophes naturelles…) ;
  • assurance auto tous risques (vol, protection juridique, assistance et dépannage…).

Véhicules volés ou accidentés et vendus aux enchères

Les ventes aux enchères publiques de voitures d’occasion peuvent tout à fait inclure des véhicules volés et non réclamés par leur propriétaire initial – par exemple, à la suite d’une indemnisation de leur assurance auto. Des véhicules accidentés et en l’état peuvent aussi être proposés.

Dans ce cas, le commissaire-priseur mentionne obligatoirement ces particularités lors de la vente.

Achat d’une voiture aux enchères : quel impact sur l’assurance auto ?

Le tarif d’une assurance auto pour une voiture acquise aux enchères ne diffère pas fondamentalement d’une autre voiture d’occasion. La compagnie d’assurances va prendre en compte :

  • votre profil de conducteur (bonus-malus, historique des sinistres responsables…) ;
  • le type de véhicule et sa puissance ;
  • son état général ;
  • sa date de première mise en circulation ;
  • sa valeur résiduelle...

Si votre assureur auto prend aussi en compte la valeur d’achat du véhicule pour établir le montant de la prime d’assurance, vous pouvez vous attendre à une réduction intéressante. En effet, les voitures vendues aux enchères permettent en moyenne de réaliser 20 à 50 % d’économies par rapport à leur valeur réelle de marché. Il s’agit donc d’une opportunité très appréciable pour tous ceux cherchant à acquérir un véhicule pas cher.

Attention, toutefois : l’économie réelle dépend bien sûr du nombre d’enchérisseurs sur une même voiture. Si la compétition est trop rude, un acquéreur pourra finalement payer un tarif supérieur à la cote Argus du véhicule.

Veillez à ne pas vous laisser emporter par un excès de confiance.

Outre le montant de l’enchère définitive et sa prime d’assurance auto, rappelons que l’acheteur sera soumis au paiement de certains frais et taxes. Ils s’élèvent :

  • à 14,28 % du prix TTC du véhicule dans le cadre d’une enchère judiciaire ;
  • à environ 15 % du prix TTC dans le cadre des ventes volontaires.

Dans ce dernier cas, un tarif dégressif avec la valeur de l’enchère peut aussi s’appliquer selon l’hôtel des ventes en charge de l’événement. Sur les véhicules les moins coûteux, les frais peuvent donc grimper très vite et représenter jusqu’à 30 % de leur prix de vente !

***

Envie d’acheter une voiture d’occasion ? Renseignez-vous sur les prochaines enchères automobiles dans votre région et vous pourrez peut-être réaliser une très belle opération. N’oubliez pas, ensuite, de choisir et souscrire une bonne assurance auto.


top

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.