Partager : 

Caution ou hypothèque

SOMMAIRE

Un aspect obligatoire de votre crédit

Lors de l'achat d'un bien immobilier, les banques demandent à l'emprunteur une garantie sur le bien financé. En cas de problème, les banques pourront obtenir la revente du bien en leur faveur et récupérer les fonds qu'elles ont avancés.

Pour garantir le prêt, quatre choix sont possibles :

  • l'hypothèque : c'est une garantie traditionnelle dont le coût est relativement élevé (taxe de publicité foncière et frais d'enregistrement au Bureau des hypothèques),
  • l'Inscription en Privilège de Prêteur de Deniers (IPPD) : c'est une garantie traditionnelle portant uniquement sur les biens anciens. Elle est moins chère que l'hypothèque (pas de frais d'enregistrement et pas de taxe de publicité foncière),
  • la société de cautionnement : les banques ont créé des sociétés de cautionnement dans le but de réduire les frais de garantie pour les particuliers (pas de frais d'inscription à la conservation des hypothèques),
  • la caution "mutuelle fonctionnaire" : c'est une garantie particulièrement intéressante pour les fonctionnaires exerçant certaines activités particulières (recherche, etc.).

Exemple de coûts (estimations)

Dans le cas d'un prêt d'un montant de 150 000 € :

  • les frais d'hypothèque s'élèveront à 2 434 €,
  • les frais d'inscription en privilège de prêteur de deniers s'élèveront à 1 017 €,
  • et les frais de caution à 1 815 €,
    dont une partie peut être remboursable (1 114 €),
    soit un coût net de 702 €.

Crédit immobilier

En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt immobilier, sélectionnées et adaptées selon votre profil et vos besoins.

Je dépose une demande de prêt
Liens sponsorisés