Immobilier neuf : toujours plus haut !

agent immobilier ouvrant une porte

La pandémie a accentué la tension sur le marché de l’immobilier neuf, causant une inflation galopante qui a touché la quasi-totalité des villes de France, à des degrés divers. Les banques seraient en mesure de réguler cette situation si elles consentaient à rehausser les taux d’emprunt. Pour le moment, cette solution n’est pas à l’ordre du jour.

Une hausse moins prononcée à Paris

Il fut un temps où les habitants de Paris cherchaient à s’éloigner de la capitale et à s’installer dans des villes moyennes plus proches de la nature où il est possible d’acquérir des propriétés dotées d’un espace extérieur.

Ce phénomène a eu pour effet de ralentir la flambée des prix à Paris, mais il a pris fin il y a environ 6 mois et les prix ont de nouveau suivi une courbe ascendante.

Important En l’espace de douze mois, le prix de l’immobilier neuf dans la capitale s’est accru de +3,4 %.

La hausse peut paraître raisonnable, comparée à ce qu’ont connu d’autres villes françaises, mais elle fait tout de même passer le prix moyen à 12 500 euros le mètre carré.

Quel taux pour votre projet ?

L’offre se raréfie

Bien avant la crise sanitaire, les promoteurs immobiliers avaient déjà tiré la sonnette d’alarme concernant la lenteur administrative entourant l’octroi de permis de construire.

Il y était question d’une offre largement insuffisante par rapport à la demande, créant une forte tension sur le marché du neuf.

Avec le covid-19 et le confinement, les rares chantiers en cours pour la construction de logements collectifs ont dû se mettre à l’arrêt, aggravant davantage le déséquilibre.

Aujourd’hui, pour retrouver le même volume de constructions autorisées qu’avant la crise, il faudrait construire 20 000 logements collectifs.

La flambée se poursuit dans certaines villes

À l’échelle nationale, la hausse du prix moyen pour les villes de 45 000 habitants ou plus est de +5,7 % sur une année glissante. Le prix moyen s’établit désormais à 5 200 euros par mètre carré.

Les évolutions les plus significatives ont été constatées à Rennes, Toulouse et Grenoble, avec respectivement des hausses de +9,7 %, +8,4 % et +8,1 %.

D’après les observateurs, le seul évènement susceptible de stopper ou simplement de ralentir cette inflation serait la remontée du taux immobilier que les organismes de crédit continuent à maintenir à un niveau « plancher » afin d’attirer les porteurs de projet.

Un taux plus élevé écarterait un certain nombre d’aspirants à la propriété et la tension sur le marché pourrait être un peu moins importante, entraînant par voie de conséquence une stabilité, voire une légère baisse des prix.


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.