Menu Crédit immobilier

Le marché du crédit immobilier reste dynamique malgré une demande en baisse

 Maison en billets d'euros

Après 3 années de progression constante, la demande de crédit immobilier a commencé à baisser cette année. Pourtant, en dépit d’une remontée amorcée en fin 2016, les taux d’intérêt demeurent proches de leurs seuils historiques. Pour 2018, les professionnels du marché tablent sur une.

Activité toujours soutenue, mais en baisse

Au cours des deux premiers mois de 2017, l’activité sur le marché du prêt immobilier reste soutenue, portée essentiellement par les dossiers ouverts en fin d’année précédente. Ensuite, sur le reste du semestre, elle ne cesse de diminuer.

Il faut attendre la rentrée pour que la courbe s’inverse, notamment grâce aux décisions gouvernementales relatives aux dispositifs d’aide à l’accession à la propriété et à l’investissement.

En parallèle, sous la pression des objectifs annuels à atteindre, les établissements prêteurs ont revu leurs barèmes à la baisse afin de convaincre les clients encore hésitants.

Ainsi, les chiffres de septembre montrent une hausse de 16 % de la demande sur un mois et de 13 % par rapport au mois de juin. Cette tendance haussière s’est maintenue en octobre avec une croissance supplémentaire de 2 %. Néanmoins, malgré cette évolution positive, la demande n’a pas retrouvé son niveau de janvier-février.

Composition de la demande en 2017

Important Les primo-accédants ont été nombreux à concrétiser leur projet d’achat.

D’une part, les conditions de crédit toujours très favorables ont compensé l’explosion des prix. D’autre part, en un an, leurs revenus moyens ont grimpé à 4 143 € (+2 %). En revanche, le prêt à taux zéro (PTZ) a bénéficié à moins de ménages, alors qu’il avait dopé les résultats de 2016.

Important Les secundo-accédants sont quant à eux minoritaires.

Non seulement leurs revenus sont en recul de 2 %, mais les prix des logements les obligent à emprunter davantage, d’autant que leur apport prélevé dans l’épargne est inférieur de 4 %.

Pour minimiser la capacité d’achat additionnelle à mobiliser, beaucoup comptent sur le produit de la vente du bien précédent, et cela, en dépit d’un capital restant dû sur le prêt immobilier supérieur de 7 % à celui de 2016.

Pour sa part, l’investissement locatif a progressé rapidement en début d’année et depuis le mois de septembre sous la pression de la menace de la suppression des dispositifs fiscaux. Grâce à ces investisseurs plus jeunes d’un an et demi par rapport à la moyenne, avec une forte représentation des trentenaires, les sommes engagées sont supérieures, de même que la durée et le montant de l’apport.

Contraction de la demande en 2018

Dans les grandes agglomérations, l’offre de biens anciens ne suffit pas à satisfaire la demande, ce qui impose le maintien d’un rythme de construction élevé dans le neuf.

Cette demande soutenue, conjuguée à des taux toujours faibles (seulement 0,2 point de croissance attendue), devrait d’ailleurs entraîner un relèvement d’environ 1 % des prix sur l’ensemble du territoire en 2018. Toutefois, 3 % des potentiels emprunteurs risquent de ce fait l’exclusion du marché.

Important Les changements concernant les dispositifs d’aide contribueront également à la contraction du marché en 2018.

La réduction du PTZ va rogner la capacité d’achat des ménages concernés de près de 32 000 € dans le neuf et de 45 000 € en moyenne dans l’ancien. Le dispositif Pinel va également subir des modifications qui priveront 20 % d’investisseurs d’un avantage fiscal non négligeable.

Archives

Le meilleur taux pour votre projet
Montant de votre prêt
Durée
15 ans
Je compare les taux
à la une
publicite
services
publicite
Simple & Rapide,
faites le tour de 110 banques
en 5 mn
je dépose une demande
Crédit immobilier
En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt, sélectionnées et adaptées selon votre profil et votre projet.
Etude
gratuite et sans
engagement
OBTENEZ DES TAUX PERSONNALISÉS EN QUELQUES MINUTES !
Quel taux pour votre projet ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.