Menu Crédit immobilier

Malgré les taux de crédit faibles, la forte hausse des prix immobiliers affecte la solvabilité des candidats à l’achat

 Maison et pièces d'argent

Malgré le redressement des taux des prêts à l’habitat, l’impact reste limité pour les candidats à la propriété. En juin, la moyenne s’établissait à 1,57 %, légèrement au-dessus des seuils historiques observés en 2016. En revanche, les prix augmentent, réduisant leur pouvoir d’achat.

Les taux de crédit immobiliers sont toujours très avantageux

Les taux de crédits immobiliers sont toujours au plus bas, la hausse brusque et brutale redoutée par les professionnels du secteur n’ayant finalement pas eu lieu. Depuis février, la hausse mensuelle est insignifiante.

Important Au début de l’été, les ménages pouvaient emprunter à 1,57 %, voire 1,29 % sur 20 ans pour les meilleurs dossiers (soit 12 points de pourcentage en moins sur un an).

Selon les explications d’experts, les taux ont retrouvé leur niveau de juin 2016, mais l’inflation annuelle est supérieure cette année, à 1,2 % contre 0,2 % l’année dernière. Aussi, en valeur réelle, les conditions d’octroi de prêts logement se sont améliorées sur les douze derniers mois. Certains observateurs affirment même que les taux ont battu des records de faiblesse qui remontent à 1975.

Pour convaincre ceux qui projettent d’acheter un logement de franchir rapidement le pas, les banques consentent des décotes supplémentaires, quitte à amoindrir leurs marges. L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a récemment publié un rapport estimant les marges bancaires à 0,05 % en fin 2016 alors qu’elles étaient de 0,4 % deux ans plus tôt. Ce recul devrait par ailleurs se poursuivre.

La solvabilité des ménages se détériore

Si le mouvement des taux n’affecte donc que peu la solvabilité des Français, l’impact de la remontée des prix sur le marché immobilier est plus marqué, et la situation se dégrade rapidement. Au premier semestre 2017, ils ont augmenté de 6,1 %, voire 7,4 % sur le segment de l’ancien, nettement plus vite que les revenus des ménages.

À Paris, la pénurie de biens entraîne une forte hausse du prix moyen au mètre carré : avec +7,7 % sur un an, il se rapproche des 9000 euros, tandis que sur le reste du territoire, la remontée des taux est de 1,5 % à 2,5 % d’après les réseaux d’agences immobilières.

Désormais, les ménages doivent consacrer l’équivalent de 4,08 années de revenus à l’achat de leur future résidence, soit 1,01 année de plus qu’il y a un an. La conjoncture pénalise principalement les plus jeunes et les plus modestes, qui avaient pourtant fait leur retour sur le marché grâce à la combinaison des taux d’intérêt bas et à une durée d’emprunt étendue. Malheureusement, l’ampleur de la remontée des prix est devenue trop importante pour maintenir l’équilibre.

Dans l’ancien, la solvabilité des ménages s’est appréciée de 8 % grâce au recul des taux, mais en parallèle, elle a accusé une baisse de 18,5 % due à l’évolution des prix. Le résultat est une perte notable de pouvoir pour les potentiels acheteurs.

Archives

Le meilleur taux pour votre projet
Montant de votre prêt
Durée
15 ans
Je compare les taux
à la une
publicite
services
publicite
Simple & Rapide,
faites le tour de 110 banques
en 5 mn
je dépose une demande
Crédit immobilier
En quelques minutes, comparez les meilleures offres de prêt, sélectionnées et adaptées selon votre profil et votre projet.
Etude
gratuite et sans
engagement
OBTENEZ DES TAUX PERSONNALISÉS EN QUELQUES MINUTES !
Quel taux pour votre projet ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.