Les prix des biens immobiliers anciens continuent à baisser

Les prix des biens immobiliers anciens poursuivent leurs baisses

Le dernier baromètre SeLoger montre que les prix des biens immobiliers, à quelques exceptions près, ont continué à baisser dans les grandes villes du pays. Il semble néanmoins que le marché n'ait pas encore repris malgré ces prix qui reculent.

La baisse des prix des logements continue

Les prix des biens immobiliers ont reculé de 0,17 % en avril par rapport à mars d'après le dernier baromètre SeLoger. Le repli est même de 1,73 % si l'on compare les prix par rapport à avril 2013. Cette tendance se vérifie dans la plupart des grandes villes françaises à l'exception de Bordeaux, Grenoble, Nice et Lille où les prix ont tendance à stagner.

Les prix ont ainsi baissé de 0,5 % à Paris où le prix du mètre carré évoluait autour de 9 147 euros, Nantes a vu ses prix reculer de 0,9 %, Lyon de 0,6 % et Marseille de 0,5 %. D'un autre côté, SeLoger a constaté que la courbe des ventes qui avait progressé de manière importante en janvier semblait déjà ralentir en mars.

En effet, s'il avait augmenté de 10 % en janvier dernier par rapport à janvier 2013, le nombre de compromis de vente en mars s'est tassé et n'a plus progressé que de 0,32 %. Les professionnels qui s'attendaient à une croissance continue ont donc bien vite déchanté devant cette stagnation du marché. Il est néanmoins encore temps pour les particuliers d'acheter en raison des taux de crédits immobiliers qui ont de nouveau atteint des niveaux historiquement bas en mai.

En outre, les emprunteurs ont intérêt à renégocier leurs prêts immobiliers pour profiter eux aussi de ces taux bas.

Quel taux pour votre projet ?

Le marché du neuf fait grise mine

Sur le secteur du neuf, les observateurs constatent que le marché semble se gripper de plus en plus. En effet, le volume des ventes n'a pas évolué en 2013 avec seulement 87 700 réservations contre une moyenne de 110 000 entre 2003 et 2011. Par ailleurs, le nombre d'annulations a augmenté de 27 % sur une année. Ce recul du marché est dû en partie au désintérêt des investisseurs qui sont rebutés par la lourde fiscalité qui grève le secteur.

De cette baisse de la demande découle l'augmentation du stock de biens neufs des promoteurs, la chute du nombre de permis de construire et celle des mises en chantier.


J’emprunte
sur
7 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.