Forte hausse du crédit conso sur le marché canadien, mais les défaillances restent contenues

Forte hausse credit conso canada

Le marché du prêt à la consommation canadien a enregistré une forte croissance durant le premier trimestre 2019. Aussi bien le nombre d’emprunteurs que les montants souscrits ont augmenté. En revanche, le taux de défaillance n’a pas connu d’évolution notable depuis l’année dernière. Le ralentissement de l’économie risque néanmoins de peser sur la demande et la capacité des consommateurs à honorer leurs dettes.

Forte hausse du crédit conso, notamment des crédits non renouvelables

Important 28,9 millions de Canadiens ont souscrit un crédit conso, un chiffre en hausse de 1,3 % sur un an.

Le total des sommes empruntées a pour sa part crû de 4,2 %, à 1 855 milliards de dollars pour les trois premiers mois de 2019.

Important La hausse est attribuée principalement à l’augmentation des prêts non renouvelables (3,1 % de souscripteurs en plus par rapport à la même période en 2018).

Le solde moyen par emprunteur a progressé encore plus rapidement (+7,2 %). En revanche, la tendance est à la stabilité pour les comptes renouvelables avec seulement 1,5 % de souscripteurs en plus d’une année à l’autre et un solde moyen individuel en repli de 0,3 %.

Selon le directeur de la recherche et du conseil en services financiers chez TransUnion, l’une des deux agences d’évaluation du crédit au Canada, la prédominance des produits de crédit non renouvelables peut traduire la confiance des consommateurs malgré un contexte tendu. En effet, les taux d’intérêt sont remontés, tout comme l’inflation, alors que la croissance économique décélère.

Recul des emprunts hypothécaires au profit des marges de crédit

Important Le rapport montre également que le solde des produits de crédit renouvelables a gagné 5,0 % sur un an à fin mars 2019 chez les ménages présentant un faible risque et jusqu’à 6,0 % chez les consommateurs au ratio de solvabilité inférieur.

Ce mouvement pourrait résulter du ralentissement économique, qui pousse les consommateurs modestes à recourir davantage aux cartes de crédit et marges de crédit pour financer l’acquisition de biens durables ou simplement couvrir leurs dépenses quotidiennes.

D’ailleurs, les comptes de nouvelle marge de crédit ouverts ont progressé de plus de 15 % par rapport à l’année dernière à cause d’un bond de 20 % dans les segments prime plus et super prime, qui affichent des scores de risque supérieurs à 760.

Important Le changement des règles relatives aux emprunts hypothécaires n’est probablement pas étranger à cette évolution.

Les critères d’éligibilité se sont durcis afin de satisfaire aux nouvelles exigences en matière de tests de résistance. Résultat, aussi bien le nombre de nouvelles souscriptions que leur montant se sont réduits.

De plus, les marges de crédit non garanties permettent de rénover un bien immobilier au lieu de prendre une hypothèque pour payer un nouveau logement. En conséquence, les clients les préfèrent désormais aux comptes de marge de crédit sur valeur domiciliaire (HELOC). Les régions sont inégalement impactées, en fonction de la réglementation adoptée, certaines, comme la Colombie-Britannique, se montrant plus sévères.

Stabilité des taux de défaillance sur la plupart des produits

Important Les analystes de TransUnion se réjouissent par ailleurs du maintien des taux de défaillance graves à une moyenne de 5,36 % entre le 1er janvier et le 31 mars dernier, soit 5 points de base en moins sur un an.

Les arriérés des cartes de crédit et des comptes de marge de crédit affichent de légères baisses tandis que les prêts automobiles et les prêts hypothécaires augmentent de 2 points de base.

Important Le mouvement le plus marqué porte sur les prêts à tempérament, en progression de 14 points sur un an, probablement du fait de la hausse des prêts accordés aux profils plus risqués en T3 et T4 2018.

Sur les produits non hypothécaires, les territoires producteurs de pétrole (Terre-Neuve-et-Labrador, Saskatchewan…) se distinguent avec des taux de croissance respectifs de 30 et 19 pb des défauts de paiement. En Ontario en revanche, les défaillances des consommateurs non hypothécaires se réduisent de 16 pb. Le Nouveau-Brunswick détient toujours le record à 8,26 % malgré un recul de 10 pb sur la période à cause de la diminution du revenu disponible d’une population vieillissante et dans un contexte de ralentissement économique.

Important Malgré une augmentation sensible des niveaux de prêt, les taux de défaut ne sont donc pas aggravés. Toutefois, la situation pourrait évoluer négativement si l’économie poursuit sa décélération, entraînant un recul de la demande de crédit conso et une dégradation de la capacité de remboursement des consommateurs les plus fragiles.

Archives

Le meilleur taux pour votre crédit conso
Montant de votre prêt
Durée
12 ans
Je compare les taux
à la une
publicite
services
publicite
Trouver gratuitement
et en 5 minutes le meilleur
taux sur notre comparateur
crédit conso
quels taux ?
Crédit conso
En quelques minutes, comparez les meilleures offres de crédit adaptées à votre projet.
Étude
gratuite et sans
engagement
obtenez des taux personnalisées en quelques minutes
Quel taux pour votre crédit ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.