Menu Crédit consommation

Risques croissants liés à l’explosion de la dette étudiante aux États-Unis

Risques croissants liées à la dette étudiante américaine

Dans une récente note, l’agence de notation S&P s’inquiète de la croissance de la dette étudiante aux États-Unis. En six ans, le montant total des prêts accordés aux étudiants a augmenté de 500 milliards pour s’établir à 1500 milliards de dollars. Mais le plus gros problème vient des 8 millions d’emprunteurs non solvables sur les 40 millions qui ont un emprunt à rembourser.

La dette étudiante des Américains, une nouvelle bulle financière ?

Parce que la crise de 2008 était due aux défauts de paiements des subprimes dans l’immobilier, les experts américains redoutent que l’histoire se répète, mais cette fois avec les emprunts des étudiants.

Important À 1500 milliards de dollars, la part de ceux-ci sur l’endettement des ménages est passée de 3 % en 2003 à 11 % actuellement.

L’accroissement est impressionnant, même si les sommes allouées à ce type de prêt restent nettement inférieures à celles dédiées aux opérations immobilières, dont la part sur les crédits aux particuliers atteint 68 %.

Important Mais surtout, de plus en plus d’étudiants n’ont plus les moyens de payer leurs créanciers.

Selon S&P :

« Les jeunes diplômés peuvent au mieux s’acquitter des intérêts de leur prêt chaque mois, mais ne parviennent pas à rembourser le capital, ce qui maintient la dette à un niveau élevé ».

Pour l’agence de notation :

« Les programmes du ministère de l’Éducation semblent vouloir pousser les étudiants endettés à attendre que celle-ci soit annulée ».

Les analystes redoutent par ailleurs les conséquences d’un éventuel retournement économique alors que dans un contexte relativement favorable, les personnes peinent déjà à honorer leurs engagements.

Un risque plus élevé avec les emprunts de moins de 5 000 dollars

« Les risques de défauts de paiement sont plus importants au sein des communautés hispanique et afro-américaine ».

Kristin Blagg

Souligne l’auteur du rapport, Kristin Blagg, repris par Les Échos. Les ménages à faible revenu appartenant à ces minorités sont les premiers concernés par l’insolvabilité.

Et comme sur le secteur des prêts à la consommation, le risque est inversement proportionnel au montant des créances.

Important Un tiers des emprunts de moins de 5 000 dollars sont ainsi exposés à l’insolvabilité, quand ce pourcentage n’est que de 15 % dans le cas des crédits de 35 000 dollars.

Important Cette situation est due à l’explosion des frais de scolarité annuels dans les universités américaines, qui s’élèvent actuellement à 70 000 dollars.

Un article du magazine Marie-Claire révèle même que :

« Certaines des facultés les plus prestigieuses outre-Atlantique autorisent des étudiants à vivre dans le parking de l’établissement. 20 % des étudiants des "community college" de Los Angeles ».

En comparaison, les prix des cursus proposés en France comptent parmi les plus attractifs du monde, puisqu’ils commencent à 170 euros et 243 euros respectivement pour certains masters et licences.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top