Menu Crédit consommation

Les automobilistes sont invités à effectuer les contrôles techniques, de leur plein gré

Automobilistes invités à effectuer contrôles techniques

Le contrôle technique régulier des matériels roulants est exigé par la législation, la fréquence étant fixée en fonction du type et de l’âge des véhicules. Bon nombre de propriétaires se contentent de l’effectuer uniquement suivant la périodicité imposée par les autorités. Pourtant, procéder à cette vérification le plus souvent possible contribuera à limiter les risques d’accident.

Un automobiliste averti en vaut deux

« Prudence est mère de sureté », cet adage prend tout son sens lorsqu’il s’agit de sécurité routière. En roulant avec un véhicule mal entretenu et qui présente des problèmes techniques évidents ou non, l’automobiliste met sa vie en danger, ainsi que celle des autres usagers de la route.

Important Une réforme de la politique de la sécurité routière a été récemment adoptée pour augmenter la fréquence des contrôles techniques.

La nouvelle loi stipule que « tout automobiliste est tenu de procéder à cette opération tous les deux ans ». S’il s’agit d’une voiture neuve, le contrôle peut se faire 4 ans après la mise en circulation. Ensuite, l’automobiliste se doit de respecter la périodicité réglementaire.

À noter que dans le cas d’une cession de voiture d’occasion, celui qui a souscrit un prêt auto a le droit d’exiger du vendeur le rapport du dernier contrôle technique (moins de 6 mois). Dans le cadre de cette démarche, il peut demander l’appui de la Préfecture.

Un contrôle occasionnel, total ou partiel, peut se révéler salutaire

Certaines pièces de la voiture ne sont pas faites pour durer 2 ans. Pourtant, elles sont essentielles à la sécurité du conducteur (les pneus, par exemple). Il se peut donc qu’elles soient défectueuses bien avant l’arrivée du prochain contrôle obligatoire. C’est la raison pour laquelle les automobilistes sont invités à se familiariser avec le concept de « contrôle technique volontaire » et à le pratiquer autant que possible, dans la mesure de leurs moyens et possibilités.

En effet, les principales raisons de la réticence de l’automobiliste à procéder à la vérification de sa voiture tant qu’il n’y est pas juridiquement obligé sont souvent d’ordre financier. Mais la facture, aussi élevée soit-elle, ne constitue pas réellement une dépense superflue puisque ce contrôle inopiné permet d’éviter une catastrophe.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top