Menu Crédit consommation

Le gouvernement continue sa campagne « anti voitures thermiques » et envisage d’augmenter les primes à la conversion

Gouvernement continue campagne anti voitures thermique et primes conversion

Le gouvernement français s’applique actuellement à retirer les voitures à motorisation essence et diesel de la circulation. En témoigne son changement de considération vis-à-vis de la voiture hybride qu’il loge désormais à la même enseigne que la voiture 100 % électrique. Ainsi, la prime à la conversion accordée lors de l’achat d’un modèle hybride va bientôt s’aligner sur celle du véhicule électrique.

Les voitures électriques et hybrides restent relativement chères

La protection de l’environnement est désormais un concept cher à de nombreux citoyens. Le problème, c’est que se séparer de son véhicule considéré comme polluant pour l’échanger contre un modèle plus propre n’est pas encore à la portée de tout le monde.

Conscient de cet état de fait, le gouvernement français, par la voix du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, envisage d’augmenter les primes à la casse, en particulier pour les ménages non imposables qui décident de remplacer leur vieille voiture (mise en circulation avant 1997 pour la motorisation essence et avant 2001 pour le diesel) par une voiture hybride rechargeable, neuve ou d’occasion.

Sans condition de revenus, la prime à la casse dont ils pourraient bénéficier peut atteindre les 2 500 euros, soit exactement le même montant octroyé pour l’acquisition d’un véhicule 100 % électrique. Pour rappel, actuellement, cette prime varie entre 1 000 et 2 000 euros.

Avec la prime, un prêt est envisageable

Encouragé par cette prime revue à la hausse, l’automobiliste sera plus enclin à souscrire un prêt auto, avec donc un montant moins important à rembourser. Car si les voitures thermiques continuent de faire de la résistance, c’est parce que les voitures écologiques demeurent hors de prix.

Mais avec la flambée du cours du baril brut et la volonté certaine du gouvernement de taxer lourdement les énergies fossiles, les propriétaires de véhicules thermiques gagnent de moins en moins au change.

L’initiative du ministre Bruno Le Maire est saluée, mais beaucoup la considèrent comme insuffisante.

En effet, outre le coût d’achat qui reste élevé, qu’il s’agisse de voitures neuves ou d’occasion, les points de recharge sont encore trop peu nombreux en France, de quoi décourager les automobilistes qui souhaiteraient sauter le pas.

Archives

Liens sponsorisés
publicite
publicite

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Retour top