BNP Paribas réduit sa participation dans First Hawaiian à moins de 50 %

Capture ecran site BNP Paribas

BNP Paribas se défait de 15,3 millions de titres de First Hawaiian, Inc pour un montant total de 422 millions de dollars. Outre cette opération qui porte sur 10,96 % du capital de FHI, cette dernière déboursera 81,8 millions pour reprendre près de 3 millions de ses propres actions. La participation du groupe français dans sa filiale américaine basée à Honolulu passera ainsi de 65 % actuellement à 49,9 %. Le groupe vise notamment une amélioration de son ratio de fonds propres « durs », indicateur clé de sa solvabilité.

Les atouts d’une valeur catégorisée « best in class »

En Europe continentale avec une présence sur 4 grands marchés (français, belge, italien et luxembourgeois), BNP Paribas est leader des banques de dépôt et prend la 7e place au classement des asset manager. À l’échelle mondiale, le groupe est numéro un en assurance de prêt et 6e plus grosse banque privée.

Son choix de s’implanter dans les pays développés influe sur son ROE, un des plus élevés au monde, alors que la rentabilité des groupes bancaires se stabilise à un niveau relativement bas.

Il bénéficie par ailleurs d’une conjoncture plus favorable sur le secteur des prêts (emprunts immobiliers et crédits à la consommation) et de la politique monétaire incitative de la BCE, deux facteurs qui lui permettent de réduire les provisions pour risques et d’améliorer son produit net bancaire.

Par ailleurs, avec un ratio CET1 de 11,8 %, il dépasse largement le minimum de 4 % imposé par les accords de Bâle I.

Les risques susceptibles d’affecter la valeur

Les contraintes règlementaires pèsent sur les fonds propres et les taux d’intérêt. En outre, l’encadrement des commissions d’intervention, qui vise à améliorer la protection des consommateurs, réduit le rendement de l’activité de détail, déjà pénalisée par la préférence des clients pour les comptes sur livrets au détriment des dépôts à vue.

La banque doit également faire face à la concurrence des pure players et des nouveaux acteurs non bancaires comme Orange et les géants de l’Internet.

Les analystes anticipent par ailleurs une baisse du cours de son titre si l’État belge concrétise son projet de cession de sa participation, alors que la valorisation boursière du groupe est inférieure à celle des autres grandes enseignes.

Il convient également de tenir compte des risques qui menacent la solvabilité des banques européennes, en particulier le volume de créances douteuses, ces crédits impayés depuis plus de 90 jours.

Perspectives à l’horizon 2020

En poursuivant sa transformation digitale, BNP Paribas prévoit d’économiser 2,7 milliards d’euros dès 2020, auxquels s’ajoute 1 milliard de baisses récurrentes des coûts sur les marchés domestiques.

Dans la branche « banque de capitaux », elle travaille à l’élargissement de son portefeuille clients grands groupes, à l’accroissement de ses commissions et au renforcement de sa position en Europe du Nord. Elle se fixe en outre un objectif de 50 % (au lieu de 45 % actuellement) du taux de distribution des dividendes.

Concernant l’extension de ses activités, elle pourrait s’allier avec la Commerzbank, prendre le contrôle d’un établissement polonais et reprendre la partie gestion d’actifs de l’assureur français Axa. Enfin, la filiale First Hawaiian Bank préparerait son introduction en Bourse.

J’emprunte
sur
15 ans
Quel taux pour votre projet ?
J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?

Archives

Quel taux pour votre crédit ?

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.