Un dynamisme inquiétant se manifeste sur le marché britannique du prêt à la consommation

 Billets de livre sterling

Alors que les conditions d’octroi de crédits à la consommation des banques s’assouplissent, la conjoncture tend à ralentir. L’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) avertit contre le risque d’augmentation des taux de défaut.

Une forte croissance du marché

Standard & Poor's met en garde les banques et les organismes de prêts britanniques. L’agence les invite à la prudence face à la forte croissance du marché du prêt à la consommation. Un avertissement qui rejoint les inquiétudes des régulateurs bancaires.

Dans son rapport, S&P estime que

« Les prêteurs qui ont assoupli leurs critères d'octroi de crédit et fait rapidement augmenter leur portefeuille de prêts risquent de se retrouver surexposés le jour où les conditions économiques actuellement favorables se détériorent ».

Standard & Poor’s (S&P).

Selon elle, si la tendance actuelle perdure, la notation de certains établissements pourrait en souffrir compte tenu de l’augmentation des risques de défauts.

Estimé à plus de 200 milliards de livres (225 milliards d’euros), le marché britannique du prêt à la consommation affiche une croissance de près de 10 % depuis le début de l’année 2016, porté principalement par l’accroissement des financements automobiles. Outre la relative bonne santé de l’économie, le marché a également profité de l’environnement de taux bas et de la baisse du chômage.

Du fait de cette conjoncture favorable,

« les prêteurs se sont concurrencés sur les prix et les conditions de souscription sur tous les segments du crédit à la consommation »,

Standard & Poor’s (S&P).

indique l’agence de notation. Si le taux de défaut est jusqu’ici contenu, S&P s’attend à ce qu’il augmente.

Généralement, les défauts tendent à se multiplier brusquement lorsque la conjoncture se détériore. Or, malgré une croissance de 0,4 % sur les trois derniers mois, l’activité économique outre-Manche tend à ralentir.

Quel taux pour votre projet ?

Des mesures pour consolider le système bancaire

De son côté, la Banque d’Angleterre a déjà pris certaines mesures pour contenir les différents facteurs qui peuvent freiner les capacités de remboursement des ménages. La livre s’étant affaiblie avec le Brexit, l’inflation est soutenue et affecte le pouvoir d’achat des ménages.

ImportantLa Banque d’Angleterre envisage ainsi de relever ses taux afin de limiter la hausse des prix.

Si cette mesure permet vraisemblablement de contenir l’inflation, elle pourrait entraîner une augmentation du coût des crédits immobiliers et compliquer le remboursement des crédits à la consommation des ménages.

Dans ce contexte, l’institution est sur le qui-vive. Déjà cet été, elle a noté que les banques ont réduit leur marge sur les prêts à la consommation et qu’elles gardaient moins de capital de côté malgré les risques associés.

Afin de consolider le système bancaire dans son ensemble, la Banque d’Angleterre a décidé d’imposer aux banques et aux organismes de crédits un coussin de capital supplémentaire, de l’ordre de 0,5 % de leurs expositions. Celui-ci devrait très prochainement passer à 1 %.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.