Stéphane Richard joue la carte de la transparence pour le lancement officiel d’Orange Bank

Capture du site Orange bank

En marge de la sortie officielle d’Orange Bank, le jeudi 2 novembre dernier, Stéphane Richard, a accordé une interview au site d’information Le Parisien. Dans cet entretien, le patron du groupe se livre, sans langue de bois, sur tous les aspects de la néobanque : ses fonctionnalités, sa différence par rapport aux concurrents, mais surtout son modèle économique.

Orange Bank : une « vraie » gratuité

D’abord, le PDG du groupe Orange a dû s’expliquer sur l’énorme retard pris par le projet. Attendue depuis plusieurs mois, l’application mobile n’est en effet disponible que depuis le 2 novembre.

C’était un projet inédit pour le groupe, et le calendrier était trop optimiste. On a tout de même mis moins d’un an entre l’annonce et le lancement, ce qui est déjà pas mal. De toute façon, c’est le bon moment pour lancer notre nouvelle banque

Stéphane Richard.

L’homme fort du groupe est également revenu sur ce qui faisait la force de sa nouvelle offre bancaire, à savoir sa gratuité. Ainsi, selon lui, le contrat de souscription ne contient aucune clause abusive rédigée en petits caractères, et « sans frais cachés ».

Important Non seulement Orange Bank ne facture ni frais d’ouverture ni tenue de compte et propose sa carte bancaire gratuitement, mais en plus elle ne prélève aucune commission sur les retraits, paiements ou virements, aussi bien ceux effectués en France qu’en Europe.

Attention toutefois, car si la gratuité est de mise, des pénalités de 5 euros par mois s’appliquent pour les comptes « inactifs ».

Quel taux pour votre projet ?

Un business model bien rodé

Mais alors, comment l’opérateur compte-t-il rentabiliser sa nouvelle banque si tout est gratuit ? Stéphane Richard avance des réponses :

Nous nous rémunérons sur les paiements sans contact. Nous touchons une toute petite redevance du commerçant. Mais c’est surtout sur les produits associés, comme les assurances de crédit ou les prêts (crédits immobiliers, prêt à la consommation, prêt-auto…) que nous gagnons de l’argent.

Stéphane Richard.

Notons par ailleurs que le groupe ambitionne de conquérir 400 000 utilisateurs dès la première année et jusqu'à 10 millions de clients d’ici dix ans.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.