Le programme immobilier du nouveau président répond-il aux attentes des Français ?

Des femmes d'affaires en reflexion sur le programme immobilier

Le nouveau gouvernement est désormais en place. Nous profitons de l’occasion pour mettre en parallèle les désidératas des Français en matière de logement et le programme du président sur des points aussi divers que la construction, la fiscalité, l’accession à la propriété et la rénovation du parc ancien.

Les priorités pour les Français

Le logement est un sujet important pour les Français.

ImportantSelon l’Insee, ceux qui achètent leur résidence y consacrent 26,6 % de leurs revenus, contre 28,4 % pour les locataires.

En moyenne d’après le baromètre Sofinscope/Crédit Agricole d’avril, les dépenses des ménages pour le logement (loyer, charges, mensualités de prêt…) représentent 23,2 % de leur budget.

Une enquête IFOP/Cafpi de mars révèle que 33 % des Français placent l’accession à la propriété comme priorité du nouveau gouvernement. Elle devance l’amélioration de la qualité des logements (19 %) et la hausse des aides à la rénovation énergétique (18 %). La création d’un plan national de construction de logement recueille 12 % des suffrages. 10 % des sondés réclament des formalités d’achat allégées.

Quel taux pour votre projet ?

Les points-clés du programme et les points ignorés

Concernant les dispositifs d’aide à l’accession à la propriété, l’État devrait maintenir le PTZ pour la primo-accession et l’avantage fiscal Pinel pour l’investissement locatif, leur efficacité étant largement prouvée.

S’agissant de la rénovation énergétique des logements, les dispositifs incitatifs demeurent, dont les subventions des collectivités locales, l’éco PTZ, les certificats d’énergie ou encore le CITE, qui deviendrait une prime utilisable immédiatement.

Le programme comporte également quelques évolutions majeures comme le projet de supprimer la taxe d’habitation pour 80 % des Français ou réformer l’ISF pour la baser uniquement sur le patrimoine immobilier.

En revanche, le programme n’aborde pas les questions des rapports propriétaires/locataires et de la copropriété. Un autre point a été oublié : l’évaluation de la politique publique, qui permettait notamment de s’assurer de la bonne utilisation des 45 milliards d’euros alloués annuellement au logement social et privé. Quant aux droits de mutation, jugés trop élevés par les acheteurs, ils ne font l’objet d’aucune mesure corrective.

La bonne santé du marché à préserver

Les professionnels comme les ménages attendent la mise en œuvre des mesures annoncées, tout en espérant qu’elles n’auront pas pour effet de freiner un marché en bonne santé. Sur un an à février 2017, les notaires annoncent 867 000 ventes de biens anciens (+7,7 %).

En 2016, les réservations de logements neufs ont augmenté de 21 %, à 148 618 unités. De son côté, l’organisation LCA-FFB annonce une augmentation à 133 600 du nombre de maisons à bâtir en 2016 (contre 110 803 en 2015).

L’heure est également à la reprise dans le locatif, avec une stabilisation des loyers et une meilleure mobilité résidentielle, qui pourrait être encore renforcée avec le projet de création d’un bail spécial.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.