Le marché automobile russe prouve son dynamisme

Voiture russe

Selon les statistiques de l’AEB (Association des Affaires Européennes), le chiffre d’affaires des constructeurs automobiles russes ont nettement progressé en avril 2017.

Le taux de croissance moyen des ventes s’est établi à 6,9 %, c'est-à-dire, 129 476 véhicules légers supplémentaires vendus en l’espace de quatre mois. Cette une belle performance si l’on se réfère à la perte de part de marché qui a menacé le secteur il y a quelques années.

Il fut un temps où le marché de l’automobile russe a bénéficié d’un afflux d’investissement substantiel de la part des grands constructeurs occidentaux en période de forte croissance.

Mais cette opportunité a été bloquée par la crise, en partie causée par la chute des cours de l’or noir et les sanctions économiques prises à son encontre suite à l’annexion de la Crimée et son implication dans le conflit ukrainien.

Cette reprise des ventes de véhicules russes intervient au bon moment pour revitaliser son économie après deux années d’effondrement.

Néanmoins, cette hausse de 6,9 % en avril est à considérer avec prudence car le marché de l’automobile russe demeure toujours à son plus bas niveau depuis dix ans. En d’autres termes, le niveau d’activité a été divisé par deux si on prend comme référence le pic de 2012.

Le marché local commence à prendre de l’ampleur. En effet, les banques russes commencent à se libéraliser et le crédit auto devient de plus en plus accessible pour le grand public.

Quel taux pour votre projet ?

Une reprise encourageante

Malgré les défis qui restent encore à relever, cette performance réalisée en d’avril marque le réveil d’une industrie à très forte capacité innovatrice. Mais la prudence des acteurs dans le secteur automobile russe reflète encore la fragilité de ce grand élément du tissu économique.

Cette nouvelle n’a pas manqué de faire réagir Joerg Schreiber, président du comité automobile de l'AEB. En effet, il a tenu à faire une remarque en disant :

Nous n'observons pas encore de tendance saisonnière forte, ce qui nous rappelle à quel point la prudente reprise actuelle reste fragile. Néanmoins, les ventes d'avril constituent un nouveau pas dans la bonne direction.

Joerg Schreiber.

Puisque la Russie commence plus ou moins à entrer dans une économie de marché, la valeur de ses exportations est fortement sensible à l'évolution du taux de change sur le marché mondial, notamment vis-à-vis de l’Euro et du Dollar. En plus, le chiffre d’affaires des constructeurs russes est influencé par le pouvoir d'achat de ses clients étrangers.

Toutefois, on peut dire que la prospérité de l’industrie automobile russe pourrait contribuer massivement à la réalisation d’une croissance durable après deux années de récession.

Les pouvoirs publics ont pris les choses en main

Le gouvernement a soutenu le marché grâce à des mesures d’incitation fiscale et des dispositions légales qui visent à amorcer une hausse des crédits bancaires.

L’État compte poursuivre ces mesures dans les années à venir. Une alliance stratégique a été prévue avec les dirigeants des petites entreprises sous-traitantes pour ne pas perdre de vue les fondamentaux d’une économie moderne. Le gouvernement tente de mettre en œuvre un plan de relance pour les activités porteuses et qui dégagent une forte valeur ajoutée.

La collaboration avec la marque Renault a été une réussite. En avril, la marque Lada, acquise et recapitalisée par Renault, a pu réaliser un volume de ventes supplémentaires de 7%. Cette fusion a pu sauver l’image de la marque et en termes de qualité, Lada s’aligne aux grands constructeurs asiatiques comme Kia ou Toyota.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.