La subvention des voitures électriques produit-elle les effets attendus ?

 Un individu à une borne électrique

Afin de préserver l’environnement, les scientifiques du monde entier ont sensibilisé l’utilisation des énergies renouvelables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour optimiser l’emploi des voitures électriques, bon nombre de pays subventionnent leur acquisition. L’application de cette politique, loin d’apporter les effets attendus, n’arrive pas à abaisser les émissions du gaz carbonique.

En 2012, une modification de la réglementation CAFE (Corporate Average Fuel Economy) oblige les constructeurs de véhicules à baisser leurs émissions moyennes de CO2 de 5%. Dans cet objectif, un constructeur qui produit une voiture électrique, qui scientifiquement n’émet pas de gaz nocif, obtient un « crédit carbone ».

Cette mesure ne suscitera jamais une baisse des émissions de CO2 étant donné que le bénéficiaire du crédit l’utilisera pour un autre véhicule ou le transmettra à un autre constructeur. De plus, les subventions perçues à l’acquisition d’une voiture verte sont loin de défavoriser la production des automobiles classiques, alors qu’il en coûte aux contribuables.

Quel taux pour votre projet ?

La réglementation CAFE vers l’amélioration de la consommation de carburant

Cette réglementation vise à baisser les émissions de gaz à effet de serre, et favorise ainsi la production de véhicules électriques qui n’en émettent pas. Dans ce principe, un constructeur de voitures vertes bénéficie d’un « crédit carbone » cumulable sur l’année prochaine s’il n’est pas vendu à un autre constructeur ou utilisé sur une voiture classique construite par la même usine.

De plus, un véhicule qui émet moins de CO2, quand il est vendu, permet à son constructeur de gagner un crédit carbone additionnel dont la valeur est supérieure à la quantité de gaz nocif évité par la production de la voiture. Ce crédit est déterminé grâce à un coefficient chiffré à 2,5 en 2016, mais qui sera descendu progressivement jusqu’à 1,5 en 2025.

Concrètement, une voiture électrique d’un gabarit de 4,65m2 aurait dû produire 150g de gaz carbonique par kilomètre. À titre d’information, le gabarit d’une automobile est relatif à la superficie de l’espace situé entre les roues. Ainsi, le fabricant qui l’a vendue en 2016 a eu droit à un crédit de 375g de CO2 par kilomètre.

Certes, la politique pour améliorer la consommation de carburant porte ses fruits aux États-Unis et aux Canada si l’on se réfère à l’augmentation des productions de voitures vertes. Toutefois, le crédit carbone obtenu ne peut réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Quel taux pour votre projet ?

Les subventions pour les voitures électriques sont-elles bénéfiques?

À l’époque actuelle où la préservation de l’environnement est à la mode, la construction de voitures vertes est favorisée par plusieurs pays dont les États-Unis, la Chine et l’Allemagne. Ces derniers subventionnent l’achat des véhicules électriques pour encourager les producteurs. Dans certains pays, le crédit voiture électrique est bonifié.

Une étude effectuée par un professeur en Sciences Économiques a montré que les subventions lors de l’acquisition d’une voiture verte n’ont aucun impact sur les émissions de gaz carbonique. Dans un pays comme les États-Unis et le Canada, ces dernières risquent même de l’augmenter.

En effet, il a été vu précédemment qu’un fabricant peut appliquer son crédit carbone en améliorant l’efficacité des autres voitures ordinaires qu’il vend.

Par ailleurs, tous les acquéreurs potentiels peuvent bénéficier des subventions qui auraient dû s’appliquer qu’aux personnes n’ayant pas les moyens d’acheter une voiture à énergie renouvelable. En Ontario par exemple, les subventions peuvent atteindre 14 000 dollars.

Selon le professeur Ian Irvine, il s’agit d’un gaspillage de l’argent des contribuables d’autant plus que ces actions n’abaissent même pas les diffusions de gaz à effet de serre.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.