Les Français accros aux cartes de paiement

Cartes de paiement

Deux types de cartes de paiement sont disponibles en France : la carte bancaire et la carte de magasin. Société de consommation oblige, l’une et l’autre sont présentes dans la plupart des portefeuilles français et utilisées au quotidien depuis de nombreuses années. Toutefois, en matière de fréquence d’utilisation, la balance penche plutôt vers les cartes de fidélité proposées par les magasins.

Les cartes magasins ont la côte

La dématérialisation des transactions commerciales et les cartes de paiement, cartes de crédit bancaires et cartes de fidélité ont révolutionné les habitudes des acheteurs et la société de consommation, mais également les relations commerçant-clients.

Les cartes de crédit magasin, également connu sous l’appellation de cartes de fidélité, sont devenues les alliés du consommateur français. Elles doivent essentiellement leur notoriété à la possibilité de bénéficier de divers avantages et services, soumis ou non à conditions.

Par ailleurs, plus les prestations annexes proposées sont variées et répondent aux besoins des utilisateurs, plus elles sont populaires auprès des consommateurs.

En plus de la carte de fidélité proprement dite, elles sont déclinées en d’autres versions entre autres les cartes de promotion, cartes de réduction, cartes pour ventes privées, et carte de crédit renouvelable. L’on compte actuellement quelque 133 millions de cartes de magasin, toutes catégories confondues, en circulation dans tout l’Hexagone.

Quel taux pour votre projet ?

Toutefois… une carte est pointée du doigt

Malgré l’engouement des Français pour les cartes de paiement, cartes bancaires et cartes de magasins, une d’entre elles a vu sa cote de populaire baisser. Depuis l’entrée en vigueur de l’un des dispositifs de la loi Hamon du 17 octobre 2014 stipulant que tout compte de crédit renouvelable non utilisé pendant une année est automatiquement suspendu, la carte magasin de crédit de consommation renouvelable est de moins en moins utilisée.

Le principe du crédit revolving appliqué aux cartes de paiement a en effet été très attrayant au départ et fut assez décevant au final, d’autant plus qu’il est considéré comme la principale cause de surendettement. Tout comme le recours des emprunteurs au crédit revolving a régressé, le nombre de cartes de cette catégorie a également considérablement baissé.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.