Le crédit n’est pas une culture française

Crédit immobilier français

Les Français ne sont pas encore très portés sur pour le prêt. Fin 2016, le nombre de ménages se voyant octroyer un crédit n’a pas atteint les 50%.

Après un récent rebond, le crédit à la consommation connaît de nouveau un recul, ou au mieux, une très légère progression. Les Français semblent moins portés sur les acquisitions de valeurs durables dans le temps.

Un récent constat de l’Observatoire affirme que « Le recul de l'endettement contracté auprès de la famille et des amis a provoqué le recul du taux de détention des crédits à la consommation ». Mais au niveau du crédit immobilier, la situation semble s’améliorer, redonnant espoir aux établissements financiers.

Surtout que la filière du prêt à la consommation ne fait plus que 140 milliards d’euros d’encours, celui de l’immobilier arrive à atteindre les 1.000 milliards d’euros. Précision de l’observatoire : « Le taux de détention des crédits immobiliers s'est nettement ressaisi en 2016 pour s'établir à 30,7 % contre 30,2 % en 2015 ».

Quel taux pour votre projet ?

Un dynamisme en baisse

Les taux enregistrent les pourcentages les plus faibles depuis la fin des années 80. D’ailleurs, ce pourcentage n’a connu aucune grande évolution depuis 2014. Parmi les souscrits, le crédit immobilier et le prêt à la consommation détiennent les meilleures parts du marché.

En 2016, le nombre de ménages endettés a connu un léger recul par rapport à celui de l’année précédente. Plus exactement, seulement 46,4% des ménages français ont été dénombrés en jouissance d’un crédit, et ce, malgré la faiblesse des taux d’intérêt qui persistent d’ailleurs à décroître depuis quelques années.

Et la crise mondiale de 2007-2008 n’a pas vraiment joué en la faveur de la filière crédit, alors qu’avant ce fléau financier, le pourcentage des ménages détenant un ou plusieurs crédits s’est élevé à 52,9 pour 2009, et 52,6 pour les années 2005 et 2008. Toutefois, les prochains mois s’annoncent plutôt prometteurs, car l’on enregistre une évolution sur la courbe des intentions d’emprunt.

Des emprunteurs plus assagis

Depuis les années 1990, l’on remarque une nette évolution du mode de gestion des ménages français par rapport au crédit qu’ils demandent. En effet, que ce soit en matière de crédit à la consommation que pour le crédit immobilier, les emprunteurs préfèrent d’abord effectuer une meilleure préparation de leurs projets avant de se lancer dans la demande de prêt auprès des établissements financiers. D’où une amélioration notable de la situation financière des 11,9% des ménages.

La situation d’endettement des Français s’améliore depuis 2008. Et désormais, les emprunteurs ont appris à utiliser leurs prêts d’une manière plus réfléchie. Ainsi, ceux qui avaient souscrit à un crédit à la consommation vont dorénavant opter pour le crédit renouvelable, surtout si les sommes empruntées ne sont pas trop importantes. Cela leur permettra d’avoir un délai de remboursement à plus court terme.

Par ailleurs, de plus en plus de ménages estiment que les charges financières qui se rapportent à leurs obligations de remboursement ne pèsent pas trop lourd sur leur budget. Ce qui incite d’autres ménages à recourir à l’emprunt, entrainant un redressement de la courbe des intentions de souscription au crédit.

Toutefois, il est probable que ce nouveau dynamisme des Français par rapport au crédit peut, dans les temps à venir, avoir un impact sur leur capacité de remboursement. D’autant plus que les organismes de crédits ne vont pas obligatoirement soutenir tous les projets qui se présenteront.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.