Crédit mutuel adopte le Watson d’IBM pour améliorer sa productivité

 Capture du site Watson IBM

Le secteur bancaire français prend de plus en plus conscience de l’enjeu de la technologie dans l’optimisation de leur productivité, à tel point d’intégrer l’intelligence artificielle dans leur programme de développement. Et pour preuve, le Crédit mutuel est sur le point de déployer une conception de l’une des plus grandes marques, spécialisée dans le domaine de l’informatique sur son réseau afin d’optimiser la rentabilité de ses activités.

Le robot d’intelligence artificielle Watson d’IBM se déploie sur le réseau de Crédit mutuel. Selon les explications du directeur de la banque, Nicolas Théry, 20.000 chargés de clientèle répartis dans 5.000 agences de la mutualiste vont bénéficier de l’assistance de cet outil révolutionnaire.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le but de cet investissement technologique n’est en aucun cas de réduire les effectifs, mais plutôt d’optimiser le rendement de l’établissement.

L’outil met à disposition de ses utilisateurs deux assistants virtuels afin que les conseillers bancaires puissent donner une réponse aux questions des clients sur les produits d’épargne et d’assurance dans les meilleurs délais. Bientôt, Watson devrait être opérationnel et infaillible concernant les autres domaines tels que les prêts personnels ou encore l’assurance santé.

Quel taux pour votre projet ?

Pour une méthodologie de travail plus performante

Le jeudi 20 avril 2017, le Crédit mutuel-CIC annonce l’utilisation du robot intelligent Watson au sein des agences de la Confédération. L’intégration de ce nouvel outil se fera de manière progressive, en commençant par une période test. Son utilisation sera effective au niveau des agences de 15 fédérations vers la moitié du mois de juin afin de faciliter le travail des agents.

En outre, les banques ont déjà fait un grand pas dans l’automatisation des tâches avant même l’arrivée des robots intelligents. Nicolas Sekkaki, président d’IBM France de préciser :

Les banques n’ont pas attendu l’intelligence artificielle pour automatiser les tâches.

Nicolas Sekkaki.

La différence entre le Crédit mutuel et les autres établissements bancaires, c’est l’investissement de la mutualiste dans le Watson n’a pas pour objectif de supprimer des postes de travail, mais plutôt d’aider les conseillers dans leurs tâches quotidiennes. Alors que si les dans un cadre général, si les banques optent pour l’informatisation de leurs services, c’est le plus souvent pour pouvoir réduire le nombre de leurs personnels.

À quoi s’attendre ?

Nous ne sommes pas contre Watson, mais nous voulons une étude d’impact, pour mieux comprendre les conséquences sur nos conditions de travail.

Un représentant syndical du CIC Paris.

Avec de tels propos, un représentant syndical du CIC Paris souligne que, quand bien même les retours obtenus par les organisations syndicales à ce sujet ont été pour jusque-là positifs, la vigilance est de rigueur quant à l’utilisation de ce robot intelligent. Par ailleurs, l’informatique cognitive est perçue comme une menace qui pèse sur les ressources humaines. Nicolas Théry d’affirmer :

Il y a cette crainte d’un robot omniscient qui remplacerait les salariés, mais ce n’est pas du tout notre objectif : nous voulons, grâce à Watson, rendre nos conseillers disponibles pour leurs clients, afin d’augmenter notre chiffre d’affaires. Nous sommes dans une logique de développement, pas d’économies de coûts. Watson est un assistant dont le rôle est de libérer du temps et de faciliter le travail des conseillers, c’est en quelque sorte un stagiaire utile et motivé, cantonné aux tâches répétitives.

Nicolas Théry.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.