Menace d’une bulle des prêts auto aux États-Unis

 Dollars et clé de voiture

Alors que les effets de l’éclatement de la bulle immobilière se font encore sentir aux États-Unis, les crédits auto font planer le risque d’une nouvelle crise sur le marché américain et le reste du secteur de la finance.

Accumulation des crédits auto toxiques

Il semble que l’histoire n’ait pas servi de leçon aux banques et sociétés de crédit outre-Atlantique. En effet, ces dernières années, ils ont accumulé les prêts accordés aux emprunteurs non solvables à des taux d’intérêt pouvant atteindre 20 %.

Ensuite, comme dans le cas des tristement célèbres subprimes pour les prêts immobiliers, ces créances toxiques ont été intégrées à des produits financiers obscurs, titrisés et cédés à d’autres établissements financiers ou fonds.

D’après les chiffres du groupe financier californien Wells Fargo, les automobilistes ont souscrit pour 26 milliards de dollars d’emprunts en 2016, soit dix fois plus qu’en 2009 (2,5 milliards).

ImportantCette production de prêts auto concerne plus de 100 millions de ménages, dont six millions rencontrent aujourd’hui d’importantes difficultés qui les empêchent de faire face à leurs engagements.

Avec de tels chiffres, le taux de défaut sur les crédits auto a rattrapé celui des prêts hypothécaires, avec la menace d’une bulle à la clé. Or, cette hausse de l’endettement des Américains, qui a largement contribué au dynamisme du marché de l’automobile risque de précipiter la chute de cette industrie, qui est pourtant un des piliers essentiels de l’économie nationale.

Quel taux pour votre projet ?

Risque de crise moindre par rapport à 2007

ImportantMalgré l’effectivité du danger, la situation est moins dramatique qu’elle ne l’était en 2007.

En effet, le total de ces dettes à risques se situe pour le moment à environ 50 milliards de dollars, soit un neuvième seulement du niveau atteint au début de la crise des prêts à l’habitat.

ImportantPar ailleurs, la probabilité de création d’un cercle vicieux est moindre.

À l’époque, les saisies immobilières avaient entraîné un repli marqué des prix sur le marché, pénalisant les banques qui récupéraient leur dû sur le montant des ventes. À l’inverse, dans le domaine de l’automobile, la saisie du véhicule d’une personne ne devrait pas provoquer la dépréciation des autres.

Il reste que la multiplication des saisies favoriserait le segment des véhicules d’occasion, impactant négativement celui du neuf, sans compter les conséquences dramatiques pour le million de salariés de l’industrie automobile.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.