Fiat-Chrysler intègre l’alliance BMW-Intel-Mobileye

 Pôle Fiat Chrysler

Fiat-Chrysler (FCA), la branche automobile du groupe Fiat, a décidé de se joindre à l’alliance nouée entre le constructeur allemand BMW et les deux groupes de technologie Intel et Mobileye. Ensemble, les quatre acteurs ambitionnent d’apporter des solutions pour une conduite entièrement automatisée. Ils prévoient de lancer des voitures autonomes d’ici 2021. Gros plans !

Le marché de l’automobile se trouve actuellement dans une phase de mutation. Les constructeurs se sont lancés dans une course effrénée pour le développement de voitures autonomes. Pour prendre de l’avance sur les concurrents, les sociétés multiplient les partenariats avec d’autres acteurs.

L’été dernier, BMW coopère avec l’américain Intel et l’israélien Mobileye pour concevoir des véhicules connectés. Les trois entreprises précisent que l’alliance reste ouverte à d’autres acteurs.

C’est ainsi que Delphi et Continental sont venus rejoindre le projet de la plateforme de conduite pleinement automatisée. Aujourd’hui, un nouveau partenaire est accueilli au sein du projet : Fiat-Chrysler (FCA).

Quel taux pour votre projet ?

Une négociation gagnant-gagnant

Par rapport à ses concurrents, FCA accuse un certain retard dans le développement de véhicules autonomes. Cette alliance devrait permettre au géant italo-américain d’accélérer dans ce domaine.

Sergio Marchionne, CEO du groupe, explique qu’

afin de promouvoir la technologie de conduite autonome, il est essentiel de créer des partenariats entre les constructeurs automobiles et les fournisseurs de technologies.

Sergio Marchionne.

Dans une note de recherche, Stéphanie Brinley, analyste chez le cabinet IHS, indique de son côté que

pour FCA, c’est un moyen d’accéder à une technologie, qu’ils n’auraient pas forcément les moyens ni l’expertise de développer seuls.

Stéphanie Brinley.

Pour sa part, FCA apporte au projet son large réseau géographique et un volume de ventes élevé (près de 4,5 millions de voitures et camionnettes immatriculées tous les ans).

Une course effrénée aux partenariats

L’arrivée de FCA au sein du projet donne du poids à l’alliance, ce qui devrait aider BMW à réaliser l’objectif que le constructeur allemand s’est fixé : commencer à commercialiser des véhicules 100% autonomes à partir de 2021.

Du côté des concurrents, Daimler, la maison mère de Mercedes-Benz, a noué un partenariat avec Bosch, le premier équipementier automobile mondial.

S’étant associé avec Microsoft, Renault-Nissan projette pour sa part de lancer une dizaine voitures à conduite automatisée d’ici 2020. En collaboration avec Transdev, le groupe prévoit d’effectuer des tests d’une flotte de véhicules intelligents sur le plateau de Saclay (Essone).

Pour ce qui est de Volkswagen, la société allemande a présenté son premier prototype de voiture sans conducteur en mars dernier. General Motors a injecté 1 milliard de dollars dans le rachat de la startup Cruise Automation, éditeur de logiciels de conduite automatisée.

Ainsi, les constructeurs accélèrent la cadence en matière de développement de véhicules autonomes. Du côté des consommateurs, un sondage réalisé par OpinionWay révèle qu’en France, 18% de la population se dit intéressée par de tels véhicules. À noter que les constructeurs pourraient adosser leurs offres de voitures autonomes à un crédit auto pour inciter les usagers à les adopter.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.