Les constructeurs français sur la voie de l’électrification de leur parc

 Borne électrique pour voiture

Les constructeurs automobiles français semblent bien engagés dans l’« électrification » de leur parc, afin d’atteindre l’objectif fixé par l’État de cesser toute vente de véhicule diesel ou essence en France à l’horizon 2040. Les défis techniques ne manquent cependant pas, surtout sur la question de la capacité de recharge.

Les constructeurs français sont bien engagés dans l’électrification de leur parc

Dans son annonce, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a souligné la capacité des constructeurs hexagonaux à relever le défi. François Roudier, directeur de la communication du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), confirme d’ailleurs que ces derniers sont déjà engagés dans cette voie.

Par exemple, la Renault Zoé a quasiment multiplié son autonomie par deux, passant de 240 à 400 kilomètres. Le groupe PSA mise pour sa part sur une motorisation électrique pour 80 % de ses modèles au plus tard en 2023. D’ici là, 5 véhicules électriques et 7 modèles hybrides seront mis sur le marché.

Le but annoncé par le gouvernement a l’avantage d’offrir aux constructeurs une meilleure visibilité concernant l’orientation de leurs investissements ou désinvestissements. Du côté de l’organisation professionnelle de la filière des Gaz de pétrole liquéfiés (GPL), le message est reçu.

Important Le parc comprend à l’heure actuelle 200.000 véhicules. Quant aux véhicules électriques en circulation en France, leur nombre a augmenté à 100 000, contre 980 en 2010.

Quel taux pour votre projet ?

Les constructeurs plébiscitent un soutien sur le déploiement de points de recharge

Pour satisfaire aux exigences des pouvoirs publics, les industriels automobiles réclament toutefois le soutien de l’État pour déployer les infrastructures nécessaires, notamment les bornes de recharge pour les voitures électriques. Car il s’agit d’offrir aux usagers les mêmes facilités qu’avec les motorisations essence et diesel, la recharge représentant un frein majeur à l’essor de l’électrique.

Quelque 5 300 stations de recharge électriques aujourd’hui disponibles en France offrent près de 16 000 points de recharge au public auxquels s’ajoutent 62 000 points et 44 000 installés respectivement chez les entreprises et les particuliers.

Important En outre, le gouvernement projette d’instaurer une prime destinée à favoriser l’acquisition par les ménages modestes de véhicules plus propres, tant sur le segment du neuf que de l’occasion.

Pour Marie Castelli, secrétaire générale de l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere-France), cette aide, dont le montant reste à définir, complètera efficacement un financement auto. Cependant, elle estime que le renouvellement du parc passe par un relèvement de l’ancienneté des modèles éligibles, en particulier les voitures électriques de seconde main.

Important Le marché de l’occasion compte déjà 500 modèles de Renault Zoé et de Nissan Leaf, avec une hausse de 200 % en trois ans.

En 2016, les chiffres de l’Avere-France montrent 4 000 transactions (0,07 % de l’ensemble des ventes de véhicules d’occasion).


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.