Les Français valorisent les grandes écoles, mais plusieurs enjeux demeurent

Barriere financiere à l'entrée des grandes écoles

La Conférence des grandes écoles (CGE) organise à Paris un colloque destiné à connaître les attentes des Français et des entreprises vis-à-vis de l’enseignement supérieur. Il vise à émettre des propositions concrètes à l’approche des élections présidentielles de 2017 et atteindre l’objectif de 60 % de diplômés par classe d’âge fixé par la Stratégie nationale de l’enseignement supérieur (Stranes).

Les fausses idées qui freinent l’accès aux grandes écoles

Le sondage révèle que 75 % des Français voient les grandes écoles comme un « investissement rentable », mais sont freinés par le coût engendrant le besoin de contracter un crédit à la consommation. D’où le constat d’un manque d’information, 60 % des grandes écoles et 90 % des classes prépas étant publiques, avec des droits d’inscription annuels compris entre 590 à 2700 €. Les 13 % d’apprentis sont même exonérés de droit tout en étant rémunérés. Les pouvoirs publics œuvrent actuellement à la lisibilité des frais et aux aides et exonérations disponibles.

Par ailleurs, alors que 57 % estiment le niveau scolaire et intellectuel requis à l’entrée comme accessible et que 70 % de parents souhaitent que les jeunes intègrent une prépa, 58 % de ces derniers refusent. Or, cette filière offre 90 % de chances d’accéder à une école, même si 60 % d’étudiants passent par d’autres voies.

Quel taux pour votre projet ?

L’ouverture sociale, un grand chantier

Les grandes écoles mènent aussi une campagne d’information et de soutien auprès des familles issues de catégories socioprofessionnelles moins favorisées pour apporter la diversité et favoriser l’inclusion sociale. Depuis 2010, 30 % de bourses sont accordées sur des critères sociaux, mais il reste un effort à faire pour augmenter le nombre de boursiers parmi les étudiants les plus défavorisés.

Si la diversité et la mixité sociale sont aussi importantes aujourd’hui, c’est qu’elles représentent un aspect majeur du développement socio-économique de la France, qui doit valoriser tous ses talents, destinés à diriger les entreprises dans le futur.

L’importance de l’orientation et de la reconnaissance des grandes écoles

Afin de réduire les échecs et faciliter l’insertion professionnelle, une bonne orientation est cruciale. Des actions, des applications mobiles dédiées, améliorent d’information sur la réalité des métiers, les secteurs porteurs et ceux en panne de débouchés.

Sur ce sujet parmi les autres thématiques-clés de l’enseignement, les grandes écoles veulent participer activement, raison pour laquelle la Conférence sollicite une reconnaissance officielle égale à celle des Conférence des présidents d’université et la Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs.

Le débat continue par ailleurs concernant l’impossibilité de délivrer des diplômes de master par de nombreuses grandes écoles privées reconnues. Et cela d’autant que les entreprises sont en demande de diplômes professionnalisants de type bachelor pour des cadres intermédiaires. Sur ce dossier aussi, grandes écoles et universités doivent travailler de concert pour répondre aux besoins exprimés.

Quel taux pour votre projet ?

Quid de la situation financière des grandes écoles ?

La situation reste tendue pour les grandes écoles privées pour couvrir les charges en hausse, investir dans le numérique et s’ouvrir à l’international, sans les subventions publiques. Leur fonctionnement repose donc sur les droits d’inscription.

Et considérant le bénéfice personnel à très long terme que tirent les diplômés, elles estiment qu’une participation des étudiants au coût est légitime. Il reste que la fiscalité française doit s’adapter, par exemple avec un « prêt étudiant à remboursement contingent au revenu », qui permet le remboursement des frais de scolarité après l’entrée dans la vie active. Enfin, des dispositifs spécifiques s’imposent pour supprimer la barrière financière à l’accession des jeunes des milieux modestes aux grandes écoles.


J’emprunte
sur
12 ans
Quel taux pour votre projet ?
top
Découvrez votre taux personnalisé

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.